Dépenses sociales : la charge sévère de la Cour des comptes

le
11
Le premier président de la Cour des comptes, le socialiste Didier Migaud, n'hésite pas à critiquer en creux l'insuffisance des mesures prises par la ministre de la Santé, Marisol Touraine.
Le premier président de la Cour des comptes, le socialiste Didier Migaud, n'hésite pas à critiquer en creux l'insuffisance des mesures prises par la ministre de la Santé, Marisol Touraine.

Voilà qui fait planer encore un peu plus le doute sur la capacité du gouvernement à réellement réduire les dépenses. Dans son rapport annuel sur l'application des lois de financement de la Sécurité sociale, la Cour des comptes doute ouvertement de l'effort du gouvernement pour contenir les déficits sociaux (Sécurité sociale et fonds de solidarité vieillesse). En 2013, première année de gestion totalement imputable à François Hollande, leur réduction a "eu tendance à marquer le pas et, en 2014, cette réduction devrait être des plus limitées ", s'est inquiété le premier président de l'institution, le socialiste Didier Migaud, en présentant son rapport à la presse. De près de 30 milliards en 2010, l'écart entre les dépenses et les recettes des comptes sociaux est pourtant redescendu à 16 milliards à la fin de l'année dernière. Mais le rythme de cette "sensible diminution" ralentit chaque année. Il est passé de 7 milliards à 3,1 milliards en 2013 et devrait même être inférieur à 2,4 milliards cette année.Une réduction du déficit toujours plus difficilePire, l'essentiel de ce maigre acquis repose sur des augmentations de recettes et non pas sur une réelle maîtrise des dépenses qui ont continué à augmenter de 2,7 % en 2013 (inflation comprise), soit bien plus que le PIB. La situation est d'autant plus inquiétante que ce déficit peut être considéré, selon les magistrats de la Cour des comptes, comme étant aux trois...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sidelcr le jeudi 18 sept 2014 à 09:43

    Les politiques savent gérer pour alimenter leurs propres régimes ,là ils sont très bons .

  • 11246605 le jeudi 18 sept 2014 à 09:39

    Et Valls qui nous promet de réformes, mais sans toucher au modèle sociale français, un gouffre financier.

  • p.cat1 le jeudi 18 sept 2014 à 09:39

    @M228 : c'est au moins du cinquième degré ou vous êtes sincère ?

  • tropfort le jeudi 18 sept 2014 à 09:23

    Ne connaissant pas du tout ce qu'est le travail, Hollande confond travail quotidien et réforme. Quand il fait son job normal, il a réellement l'impression de faire une réforme. N'oublions pas, il n'a jamais travaillé.

  • roulio86 le jeudi 18 sept 2014 à 09:02

    M228 on doit pas vivre dans le meme pays!.....hollande a tenu que la promesse du mariage des homos, temps réclamée!....à part cela il n'a rien fait et ne fait rien, aucune reforme de fond depuis le début que du vent et des mesurettes..

  • tropfort le jeudi 18 sept 2014 à 08:53

    Sécu MONDE payée par les quelques travailleurs français... qui le resteront de moins en moins...

  • tropfort le jeudi 18 sept 2014 à 08:52

    Les yeux ébahis de Marisol... Bon, elle s'en tape, elle est richissime. Elle ne fait ce job que pour sa bonne conscience. Je n'ai ni les moyens ni le temps d'être soc, personnellement.

  • tropfort le jeudi 18 sept 2014 à 08:48

    Regardez les soc. A part Valls et Macron (pas les pires), ils sont tous physiquement gras : Hollande, Camba, Sapin, et je ne parle pas desfrondeurs Filoche... Ils gèrent juste l'argent comme notre tour de ceinture. Ils n'ont aucune rigueur, c'est inné.

  • M4189758 le jeudi 18 sept 2014 à 08:28

    JPi - Les socialistes ne savent pas ce que c'est que la maitrise des dépenses , ils sont pour la croissance...des dépenses depuis toujours= démagogie.

  • dsta le jeudi 18 sept 2014 à 08:24

    DEHORS, les SOCIALOS INCOMPETENTS, mais volontiers donneurs de leçons !