Dépendance : l'intouchable millefeuille administratif

le
5

ANALYSE - Le projet de loi pour l'autonomie, dévoilé ce vendredi en conseil des ministres, ne résout en rien les problèmes structurels du secteur.

On nous promettait une grande réforme... Las, malgré les efforts déployés par la ministre déléguée aux Personnes âgées, Michèle Delaunay, le projet de loi d'orientation et de programmation «pour l'adaptation de la société au vieillissement», présentée ce vendredi en conseil des Ministres, a dégonflé après un an et demi de concertations et de réflexion.

L'ensemble des mesures pour aider les personnes âgées à continuer à vivre à domicile pèse 645 millions d'euros. En période de crise, ce n'est pas rien. Mais au regard des enjeux financiers de la dépendance, ce n'est pas grand-chose. La dépendance représente aujourd'hui 22 milliards d'euros de dépenses publiques chaque année. A cela il faut ajouter 7 milliards, qui sortent de la poche des seniors et de leur famille. La facture devrait gonfler, lentement mais inexorablement, ces prochaines années. De l'ordre de 2,5 milliards d'euros d'ici à 2025, puis jusqu'à 8,5 milliards en 2040. Les dépenses des ménages, qui représentent un tiers des aides publiques, ont toutes les chances d'augmenter au même rythme, voir plus vite encore.

Certes, il n'y pas que l'argent. Et, à défaut de moyen financiers, le gouvernement aurait pu choisir de simplifier drastiquement l'architecture du système qui relève aujourd'hui du millefeuille. De quoi générer au passage, peut-être, quelques économies. «C'est un foutoir sans nom», résumait début 2013 le M. Dépendance de l'équipe de campagne de François Hollande, Luc Broussy. Conseil général, Assurance retraite, Assurance-maladie, Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie, organismes complémentaires... toutes ces institutions interviennent dans le champ de la dépendance. Les âgés et leurs familles s'y perdent.

Les acteurs le reconnaissent eux-mêmes. La Caisse nationale d'Assurance vieillesse et l'Agence nationale de l'habitat s'accordent dans un récent rapport que «le faible nombre de demandes d'aides pour adapter le logement tient notamment au manque de lisibilité des dispositifs, lui-même provoqué par l'enchevêtrement des dispositifs». Pas moins de quatre financeurs peuvent en effet subventionner l'installation d'une barre de soutien!

Pas de choc de simplification

Rien ne changera avec le projet de loi Delaunay. Le gouvernement, pour ne fâcher personne, a fait, explique-t-il, «le choix de la co-construction et du partenariat». Il ajoute même des couches de «gouvernance» au système, avec des «conseils pour la citoyenneté et l'autonomie» dans chaque département et, pour chapeauter le tout, un «Haut conseil de l'âge» rattaché directement au premier ministre. Le secteur de la dépendance ne connaîtra donc pas le «choc de simplification».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gustav10 le dimanche 2 mar 2014 à 17:40

    Autrement dit il va encore y avoir des parasites supplémentaires!

  • leisenb1 le dimanche 16 fév 2014 à 09:52

    Les élus sont la honte de la France

  • b.renie le samedi 15 fév 2014 à 05:14

    C'est un des mal-français pour reprendre le titre du livre de Peyrefitte. On ne veut rein changer On ajoute en superposant et en instituant des comités bidules. Cela fait longtemps que je plaide pour que l'on repense l'organisation politico/administrative du pays. Il y a là un gisement d'économie considérable et la libération d'une main d'œuvre qui pourra se consacrer à des tâches productives de biens et de services

  • knbskin le vendredi 14 fév 2014 à 16:45

    On est au moins deux, HP271279, et avec trois ascendants passés par le "système" et moi-même administrateur d'un EHPAD, je ne peux qu'abonder dans votre sens. Mais tout ce petit monde est tellement heureux de ronger son os et les frais de représentation qui vont avec ! :-D

  • HP271279 le vendredi 14 fév 2014 à 15:58

    Preuve, s'il en fallait une de plus, que ce n'est pas l'Etat Providence Laïcisant Républicain Socialiste Français qui va nous sauver, bien au contraire il nous enfonce dans la misère humaine généralisée à tous niveaux. NB : je ne m'estime pas FN ni extrème-gauche, ni ringard, fachiste, homophobe, réac', je cherche modestement à être lucide et réaliste.