Départs pour le jihad : «L'emprise mentale peut toucher n'importe qui»

le
2
Départs pour le jihad : «L'emprise mentale peut toucher n'importe qui»
Départs pour le jihad : «L'emprise mentale peut toucher n'importe qui»

Spécialiste du fait religieux et auteur d'ouvrages sociologiques de référence sur la question de la radicalisation, l'anthropologue Dounia Bouzar publie aujourd'hui un fascinant récit « Ils cherchent le paradis, ils ont trouvé l'enfer » (Ed de l'Atelier), ou elle narre son travail quotidien auprès de dizaines de familles meurtries par le départ d'un proche vers les terres de jihad.

Après plusieurs livres sociologiques, vous évoquez pour la première fois votre travail sous la forme d'un récit. Pour quelles raisons ?

DOUNIA BOUZAR. Jusqu'à présent, j'ai construit mes livres au travers de l'approche sociologique des faits. Mais les derniers mois passés auprès de ces familles ont été un tournant. J'ai été ensevelie par la souffrance de parents venus d'horizons très divers, qui se retrouvaient orphelins du jour au lendemain. Je souhaitais simplement porter leurs témoignages, et expliquer que cela pouvait arriver à tout le monde.

Vous évoquez le parcours de dizaines de familles venues d'horizons divers, touchées par le départ d'enfant et de proches vers la Syrie. Qu'ont-elles en commun ?

D.B. - Des questions sans réponse. Elles s'interrogent sur la façon dont ces« prédateurs » parviennent à retourner l'esprit de leurs proches. La grande force des recruteurs est d'appliquer avec succès un lavage de cerveaux qui est efficace sur des personnalités pourtant bien différentes.

La première attitude des parents est de se remettre en cause eux-mêmes ; ils se disent qu'ils auraient dû privilégier davantage les enfants et moins le travail, qu'ils n'auraient pas dû divorcer ou déménager, etc.. J'ai tenté de balayer cette culpabilité, en leur démontrant que tous les profils familiaux, culturels et socio-professionnels étaient touchés par ces départs.

Personne n'est donc à l'abri d'être victime d'une emprise mentale ?

D.B. - Personne. Même les personnes les plus équilibrées peuvent tomber sous la coupe de quelqu'un. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7991925 le jeudi 9 oct 2014 à 09:44

    C'est dans les prisons qu'ils font le plus de ravage paraît il...Ils sont sur de trouver des gens fragiles ou déséquilibrés...

  • M1531771 le jeudi 9 oct 2014 à 09:20

    Certainement pas moi ! Merci de ne pas tous nous considérer comme des musulmans et de ne pas tous nous mettre dans le même sac !