Départs en vacances : pourquoi les tarifs grimpent

le
0
INFOGRAPHIE - Peu de billets Prem's SNCF sont proposés sur les trains partant aux heures de pointe et la majorité des billets sont vendus au prix fort.

Les départs en vacances débutent ce samedi 16 février pour la zone B (Aix-Marseille, Lille, Nice, Strasbourg,....) et les voyageurs qui auront oublié de réserver leur billet de train à l'avance vont devoir payer le prix fort, contrairement aux passagers qui auront anticipé leurs voyages. Mais pourquoi la SNCF pénalise-t-elle les retardataires?

«Nous avons un prix de référence homologué par l'Etat que nous n'avons pas le droit de dépasser et à partir duquel nous proposons plusieurs tarifs, réductions et petits prix», explique-t-on à la SNCF. Le train est donc découpé en paliers de prix progressifs (nombre de places en Prem's, à -25%, à -50%, etc). «Et plus le train se remplit, plus vous franchissez les paliers dans le temps, plus le prix des billets augmente, explique un porte-parole de la SNCF. C'est pourquoi on conseille à nos voyageurs de s'y prendre tôt pour payer moins cher».

«C'est un peu comme des traders»

La SNCF pratique ce que l'on appelle le «Yield Management». Comme les compagnies aériennes et les hôtels, elle cherche en permanence à optimiser le taux de remplissage de ses trains afin d'en dégager un maximum de revenu. En somme, plus la SNCF sait d'avance qu'un train va facilement se remplir, plus elle va augmenter le nombre des places à prix élevés. À l'inverse, si elle sent qu'un train ne sera pas fréquenté, elle augmentera le nombre de ses billets Prem's et ceux en tarifs réduits pour attirer le voyageur qui souhaite économiser quelques euros. «C'est un peu comme des traders, ils spéculent sur les prix, ils parient», explique un agent de voyage qui a souhaité garder l'anonymat. Et si la SNCF se trompe dans ses pronostics et qu'elle ne parvient pas à remplir un train, elle peut, en cours de route, accroître son offre à bas prix pour optimiser le taux de remplissage. La preuve par l'exemple.

differences de tarifs sur un trajet en tgv entre paris et lyon

Comparons la composition de deux TGV Paris-Lyon. Le premier part le 12 avril prochain en heure de pointe, à 7h53 . Sur l'ensemble de ce train comprenant 510 places* (182 en première classe, 328 en seconde), 108 places sont à prix réduits (dont 7 en Prem's) et 399 places sont vendues en Plein tarif loisirs. La majeure partie du train va donc être vendue à plein tarif. Pour résumer, «en période de pointe, la SNCF ne fait pas de cadeau, la plupart des clients devront payer le prix fort», explique le même agent.

En revanche, «en période normale, leur offre est un peu plus agressive afin de séduire davantage de clients», poursuit le professionnel. Ce même TGV, partant en période normale un samedi matin à la même heure (le 13 avril), affiche une offre beaucoup plus équilibrée. Sur l'ensemble des wagons, on trouve 225 places à prix réduits (dont 37 billets Prem's) et 282 places en Plein tarif loisir.

Pour les départs de dernière minute et éviter les prix élevés de la SNCF, pensez au covoiturage ou aux sites de revente de billets, tels que Troc des trains ou Kelbillet.com.

* Sur l'infographie, nous n'avons pas tenu compte des trois places qui ne sont pas mises en vente

LIRE AUSSI:

» La SNCF va augmenter ses prix de 2,3% le 24 janvier

» La SNCF lance un Paris-Lyon en bus à 29 euros

» Tarifs SNCF: «Nous souhaitons plus de transparence»

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant