Départementales : Valls exhorte la droite à refuser le «ni-ni mortifère»

le
63
Départementales : Valls exhorte la droite à refuser le «ni-ni mortifère»
Départementales : Valls exhorte la droite à refuser le «ni-ni mortifère»

Au lendemain d'élections départementales largement remportées par la droite alliée au centre, devant la majorité, la question du comportement à adopter pour barrer la route au FN était sur toutes les lèvres ce lundi. Présent dans près de 3 cantons sur 5 restants, dont plus de 770 duels, le FN, même s'il n'est pas arrivé premier dimanche au niveau national, s'impose en effet comme l'acteur incontournable du second tour des départementales.

Le PS, qui risque de perdre une quinzaine de conseils généraux, sur les 61 détenus jusqu'ici, a appelé la droite et le centre a jouer le jeu du front républicain et à se désister au second tour en cas de triangulaire, si le candidat PS est mieux placé. Mais Nicolas Sarkozy, patron de l'UMP, s'est refusé à donner une consigne aux électeurs, se contentant du fameux «ni-ni», une posture que le Premier ministre Manuel Valls n'a pas hésité à qualifier de «faute politique et morale majeure».

Lundi soir, l'UMP et les centristes ont remporté 36,20% des suffrages. La gauche gouvernementale (PS, PRG et des divers gauche) est finalement arrivé deuxième avec 28, 66%, devant le FN, qui a lui obtenu 25,26% des suffrages. .

QUESTION DU JOUR. Départementales : êtes-vous surpris par le score du Front national ?

>> Revivez les réactions de ce lundi :

23 heures. Juppé et Fillon, réunis, prônent l'alliance avec le centre. L'ancien Premier ministre UMP Alain Juppé a estimé ce lundi soir, en meeting aux côtés de François Fillon, qu'à la lumière du premier tour des élections départementales «le débat est tranché» sur la seule stratégie d'alternance: «le rassemblement» de la droite et du centre. L'enseignement du résultat du premier tour, c'est «un succès pour la stratégie de rassemblement de l'UMP, de l'UDI, du MoDem, des Divers droites, de CPNT», a estimé Alain Juppé lors d'un premier meeting d'entre-deux-tours, en banlieue bordelaise à Pessac, auquel ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • slivo le mardi 24 mar 2015 à 23:00

    Valls va nous rechausser ses bottes en cuir et partir avec son brassard de national socialiste battre la campagne . . . Comme dirait Drucker : vivement Dimanche !

  • pademaug le mardi 24 mar 2015 à 22:01

    Et sinon, il passe un peu de temps a bosser pour tous les Francais comme son role de Premier ministre l'exige ou bien il passe tout son temps en campagne contre ses adversaires politiques ?

  • M2766070 le mardi 24 mar 2015 à 19:16

    fortunos je pense que vous adorez Miteu, surtout de son jeune temps, pote à Bousquet, puis président français recevant Bousquet à l élysée ? bravo pour vous , moi je crache...

  • gyere le mardi 24 mar 2015 à 17:43

    le ni-ni qui fait peur à Manolo n'est mortifère que pour le PS... Ce bipède voudrait que la droite se retire dans toutes les triangulaires..... Patiente encore un peu Manolo nous allons virer tos tes copains des régions!!!

  • rodde12 le mardi 24 mar 2015 à 16:01

    Avec toutes les mesures prises par notre actuel gouvernement; Pour ma part je crains beaucoup plus le totalitarisme de gauche que celui, éventuel, de l'extrême droite. Procès d'intention en permanence, interdictions à répétition, le parti socialiste représente désormais 10% des électeurs inscrits, il ne veut pas changer de ligne ni démissionner. Il aura de la chance si il est expulsé par les urnes . J'ai peur que les citoyens impatients ou spoliés par les banques ne le fassent violement.

  • M3366730 le mardi 24 mar 2015 à 14:19

    Valls n'a qu'à aller sur la tombe de Miteux pour lui demander pourquoi il a fait la promotion du FN pendant aussi longtemps et il devrait se poser la question pour lui et ses ami(e)s politique !

  • EuropeGa le mardi 24 mar 2015 à 10:58

    L'Europe est-elle "républicaine" ? Non n'est-ce pas. Alors, les partis européistes comme l'UMP et le PS ne le sont pas non plus.

  • EuropeGa le mardi 24 mar 2015 à 10:54

    En quoi le FN ne serait-il pas « républicain » ? Ce sont les autres partis, au contraire, qui souhaitent remplacer notre état-Nation par des institutions supranationales soumises à des puissances d’argent qui n’ont, elles, rien de « républicain » !

  • EuropeGa le mardi 24 mar 2015 à 10:46

    @jpam L'addition du courant représenté par les deux Présidents Hollande-Sarkozy fait environ 65 à 70% du pays. C'est une majorité. Mais depuis dimanche, cette majorité est un peu plus faible qu'avant.

  • EuropeGa le mardi 24 mar 2015 à 10:42

    Le seul courant qui a vraiment gagné à l'occasion des élections de dimanche, c'est le FN, FN qui a augmenté son implantation dans l'ensemble du pays. Les autres courants n'ont fait que reproduire des scores qu'ils avaient déjà eu par le passé, un coup à gauche, un coup à droite.