Départementales : Valls appelle à «battre le FN dans chaque canton»

le
3
Départementales : Valls appelle à «battre le FN dans chaque canton»
Départementales : Valls appelle à «battre le FN dans chaque canton»

Au front. Comme il l'avait fait pour l'élection législative partielle du Doubs, Manuel Valls s'implique personnellement dans la bataille des départementales. Le Premier ministre a tenu son premier meeting électoral à Palaja, dans la banlieue de Carcassonne (Aude), ce jeudi soir. Et comme dans le Doubs, ou plus récemment dans les travées du Salon de l'Agriculture, il a appelé à faire barrage au Front national.

Alors que le parti de Marine Le Pen parvient avec ses plus de 7600 candidats à couvrir le territoire comme jamais et fait la course en tête dans les sondages, Valls a lancé «un appel solennel à tous les électeurs de gauche, à tous les républicains pour battre le Front National dans chaque canton».

Le chef du gouvernement l'assure, «l'extrême droite, c'est notre adversaire principal». Et «pas seulement l'adversaire principal de la gauche mais du pays», a-t-il insisté. Et de mettre en garde contre le parti de Marine Le Pen qui «donne l'impression d'avoir changé de vitrine». Or, a-t-il fustigé, l'extrême droite «n'aime pas la République et sème le poison de la division et du racisme». «L'extrême droite ne mérite pas la France», a encore chargé le Premier ministre, jugeant que son programme menait à «l'affaiblissement» du pays.

La droite aussi en a pris pour son grade

La droite, accusée par Valls de ne pas avoir de position claire lorsque le PS s'est retrouvé contre le FN au second tour de la partielle du Doubs, en a aussi pris pour son grade. «La droite qui tient de grands discours mais qui depuis plus de deux ans n'a rien pu proposer», et quand il s'agit de soutenir la compétitivité des entreprises, elle «n'est pas au rendez-vous», a-t-il taclé, en référence à la loi Macron.

Le Premier ministre a en revanche défendu le programme de la gauche, dressant un bilan positif de l'action du gouvernement engagé dans des réformes. «La France, a-t-il dit, doit aller de l'avant, évoluer, s'adapter sans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2931816 le vendredi 27 fév 2015 à 10:35

    C'est vrai qu'il a un air méchant .

  • M2931816 le vendredi 27 fév 2015 à 10:34

    Et le FN appelle à battre le PS dans chaque canton......nous voila bien !

  • ppetitj le vendredi 27 fév 2015 à 10:29

    Il ne lui manque plus qu'une petite moustache....