Départementales : UMP-UDI à 32%, FN à 29%, selon un sondage

le
1
Départementales : UMP-UDI à 32%, FN à 29%, selon un sondage
Départementales : UMP-UDI à 32%, FN à 29%, selon un sondage

La droite (UMP, UDI, Divers Droite) est en tête des intentions de vote (32 %) pour le premier tour des départementales le 22 mars, devant le FN (29 %) et le PS-Divers Gauche (26 %), selon un sondage Harris Interactive pour M6 publié dimanche. Derrière ce tiercé arrivent ensuite le Front de gauche (7 %) , Europe Ecologie-Les Verts (3 %), le MoDem (0,5 %) et l'extrême gauche (0,5 %).

Par ailleurs, plus d'un Français sur deux (54 %) considère l'élection d'un conseiller départemental issu du Front national dans son canton comme une mauvaise chose. 20 % estiment que ce serait «plutôt une bonne chose», 25% «ni une bonne ni une mauvaise chose», et 1 % ne se prononce pas.

Les trois principales motivations du vote sont l'étiquette politique des candidats (qui jouent «beaucoup» pour 52 % des personnes interrogées), les enjeux locaux (49 %) et leur projet (46 %). Entrent ensuite en ligne de compte les enjeux nationaux (38 %), la situation personnelle des électeurs au quotidien (31 %) et le bilan du conseil général sortant (26 %).

Une abstention qui marque une défiance

51 % des sondés se disent peu ou pas du tout intéressés par ce scrutin (contre 47 % lors d'une enquête réalisée du 3 au 5 mars) et 49 % beaucoup ou assez intéressés (contre 53 %).

L'abstention est quant à elle «justifiée par une méfiance envers les responsables politiques», exprimée par un Français sur deux. Interrogés sur leurs motivations, les inscrits déclarant avoir l'intention de s'abstenir invoquent d'abord, à partir de trois réponses puisées dans une liste, un manque de confiance dans les responsables politiques (45 %) et le sentiment que cela ne changera pas grand chose dans leur quotidien (29 %)

Viennent ensuite, l'éloignement par rapport au lieu d'inscription sur les listes électorales (25 %) et un manque d'information sur les enjeux de l'élection, combiné à la méconnaissance des candidats (22 %).

UMP : pour un report à gauche au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • grinchu1 le dimanche 15 mar 2015 à 18:58

    depuis quand mèle-t-on deux partis qui ne veulent en aucun cas être assimilés ?Cette imposture devrait être présentée aux tribunaux compétents .