Départementales - Tarn-et-Garonne : la réélection de Jean-Michel Baylet ne tient qu'à un fil

le
0
La maire UMP de Montauban, Brigitte Barèges, a le sourire à l'issue des résultats du second tour des départementales.
La maire UMP de Montauban, Brigitte Barèges, a le sourire à l'issue des résultats du second tour des départementales.

Scène surréaliste à Montauban. Jean-Michel Baylet est resté enfermé dans son bureau de président (PRG) du département alors que Brigitte Barèges, sa grande rivale de l'UMP, est sortie de la mairie avec ses adjoints pour clamer haut et fort la défaite du "système Baylet" dans le hall du conseil départemental. "C'est un échec de Jean-Michel Baylet, il va trouver une échappatoire pour ne pas se présenter à la présidence", affirmait la très sarkozyste maire de Montauban, élue sans coup férir (58 %) dans l'un des trois cantons de la préfecture. Brigitte Barèges enfonce le clou en affirmant devant micros et caméras qu'elle ne briguerait pas la présidence du département pour elle-même et son parti. Le dernier acte de la campagne "tout sauf Baylet" se joue donc comme un vaudeville.

Silencieux pendant presque toute la soirée, le président du PRG a envoyé Sylvia Pinel sur le front médiatique tout en préparant en coulisses une réélection qui s'annonce compliquée sur le papier. "Les attaques personnelles de Brigitte Barèges contre Jean-Michel Baylet ne font pas un programme", rétorque la ministre du Logement sur le plateau de la télévision régionale. Mais, dans les colonnes de La Dépêche du Midi, le quotidien de la famille Baylet, les journalistes sont contraints à de prudents pronostics. "La majorité sortante peut conserver l'avantage", se risque à prophétiser un court encadré non signé. "Le rapport de force est extrêmement...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant