Départementales. PS : cachez cette rose que je ne saurais voir

le
10
Départementales. PS : cachez cette rose que je ne saurais voir
Départementales. PS : cachez cette rose que je ne saurais voir

Laurent Gautier et Anne-Claire Darré sont tous les deux membres actifs du PS, investis par leur parti dans le canton d'Ozoir-la-Ferrière (Seine-et-Marne). Mais sur les affiches de campagne de ce binôme de candidats comme sur ses bulletins de vote, rien ne l'indique. L'emblème du poing et la rose est invisible. Seuls les bandeaux de couleur fuchsia et la formule « avec la majorité départementale » sont susceptibles d'orienter l'électeur... connaisseur. Dans le fascicule de présentation du programme et des CV, pas une seule fois le mot « socialiste » n'est employé. L'unique trace d'un logo PS apparaît finalement sur un quatre-pages format A4 mais... en tout petit, et dans un coin. Ce choix est délibéré et clairement assumé par le duo ne voulant pas faire les frais d'un vote sanction à l'égard d'une politique gouvernementale qui n'est pas de son ressort. « Nous nous rassemblons autour de personnes plus que d'un parti », justifie Anne-Claire Darré. « Il ne faut pas se tromper d'élection, celle-ci est locale ! On entend des gens qui veulent sanctionner ceci ou cela, ce n'est ni le moment ni le lieu pour le faire », martèle son camarade Laurent Gautier, maire de Tournan-en-Brie, conseiller général sortant... et récidiviste : lors du scrutin de 2011, il s'était déjà passé de la bannière PS.

Cet avertissement, il l'a répété pour la énième fois mercredi soir lors d'une réunion publique organisée dans le centre culturel de sa commune. Notamment à 22 heures lorsqu'une participante s'est étonnée de toutes ces absences d'étiquette. L'élu, qui risque de perdre son mandat dans un nouveau canton dont le redécoupage ne joue pas pour lui, reconnaît que « le contexte national n'est pas favorable ». « C'est dur de mobiliser », s'inquiète-t-il. Sur le terrain, il doit répondre à l'électorat déçu de François Hollande, qui lui reproche de payer trop d'impôts ou de ne toujours pas avoir de boulot. « C'est un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • indyta le dimanche 22 mar 2015 à 19:10

    c est pas nous , c est eux, c est un peu faiblard...

  • indyta le dimanche 22 mar 2015 à 19:09

    assez d accord sur ce qui ecrit ici;il eut mieux fallu se battre, AVEC CONICTION, sur ce qu ils on apporte de leur propre chef....a leur region.

  • M3366730 le samedi 21 mar 2015 à 14:22

    Même pas le courage de leur opinion et de ce qu'ils représentent ; bien pitoyable tout cela et ils viennent donner des leçons aux autres.

  • frk987 le vendredi 20 mar 2015 à 22:50

    Même pas le courage de faire figurer le logo de leur propre parti sans lequel ces nuls ne SERAIENT RIEN. Le comble de la honte......et de la tromperie de certains électeurs qui de bonne foi risquent de voter pour eux ne voyant pas la rose ou les épines.

  • M2931816 le vendredi 20 mar 2015 à 22:07

    La HONTE,meme pas le courage de leurs opinions ;ils avancent masqués pour tromper les électeurs et sauver leur soupe personnelle.C'est ça etre socialiste !

  • glitzy le vendredi 20 mar 2015 à 21:05

    "La victoire a beaucoup de pères, la défaite est orpheline"

  • M5441845 le vendredi 20 mar 2015 à 11:45

    Certes au XX° siècle le socialisme s'est souvent terminé au Goulag, mais c'était au XX° siècle. A l'heure de la mondialisation, c'est moins grave, il ne sait même plus s'il existe encore...

  • M940878 le vendredi 20 mar 2015 à 11:45

    Mais ils ont bien préparés leur départ ! :http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2015/03/19/25002-20150319ARTFIG00307-une-loi-pour-renforcer-l-indemnisation-des-elus-battus-dans-les-urnes.php

  • M7403983 le vendredi 20 mar 2015 à 11:43

    Ils ne savent plus ou ils sont ... A force de mensonges vis à vis des Français !

  • M1765517 le vendredi 20 mar 2015 à 11:42

    quelle médiocrité de ne pas assumer son parti ! La transparence n'est pas pour demain, c'est sans doute les conséquences du choc de simplification, un chat n'est pas un chat !