Départementales - Meurthe-et-Moselle : le miracle socialiste

le
0
En Meurthe-et-Moselle, la gauche a le sourire.
En Meurthe-et-Moselle, la gauche a le sourire.

Un îlot rose dans une mer bleu horizon. La métaphore marine était très en vogue, dimanche soir, dans les QG politiques de Meurthe-et-Moselle, seul département de Lorraine mais aussi de la future grande région Alca (Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne) remporté par la gauche. La politique se joue parfois du sort et du calendrier... Un an jour pour jour après le décès accidentel de Michel Dinet (PS), qu'il avait remplacé au pied levé à la présidence du conseil général à la veille du second tour des municipales, Mathieu Klein signe sans doute ici la plus belle victoire de sa carrière. Avec 14 cantons remportés sur les 23 que compte désormais le département, le Parti socialiste et ses alliés n'en espéraient pas tant. "Nous sommes d'autant plus heureux qu'aucun élu FN ne siège parmi nous", a déclaré Mathieu Klein, assuré de conserver jeudi prochain le perchoir que lui avait légué son mentor, dans les conditions tragiques d'une disparition brutale.

"Avant d'aller voter, les électeurs ont considéré le bilan de Michel Dinet et peut-être le mien", a-t-il encore confié, très ému, dédiant sa victoire à son illustre prédécesseur. Le PS doit notamment sa victoire à sa stratégie d'union avec les autres formations de la gauche (Front de gauche, EELV). Dans les cantons du "Pays haut", l'ancien bassin sidérurgique de Longwy, dans le nord du département, les candidats du Front de gauche l'emportent à Mont-Saint-Martin, Villerupt ou encore Briey,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant