Départementales : Martine Aubry n'a «aucun problème» avec Manuel Valls

le
1
Départementales : Martine Aubry n'a «aucun problème» avec Manuel Valls
Départementales : Martine Aubry n'a «aucun problème» avec Manuel Valls

En public, Martine Aubry l'assure : elle n'a «aucun problème» avec Manuel Valls. La maire de Lille, qui s'est plusieurs fois démarquée ces derniers mois du Premier ministre, notamment sur la stratégie à adopter face au FN ou la loi Macron, la joue collectif à quatre jours du premier tour des élections départementales. Elle tient mercredi soir un meeting à Denain (Nord), tandis que le Premier ministre dirige une réunion publique à Carvin (Pas-de-Calais), présentée initialement comme un «meeting régional».

«Avec le Premier ministre nous avons convenu, et je pense que c'est un peu le bon sens, qu'à un moment de campagne, il vaut mieux que les forces soient réparties», a répondu la maire de Lille aux journalistes en arrivant au côté de Manuel Valls pour la signature du contrat de plan Etat-région en préfecture de Lille.

Le Premier ministre a quant à lui déclaré: «Avec Martine Aubry nous nous connaissons depuis longtemps, nous nous parlons souvent; et nous avons considéré l'un et l'autre qu'il fallait être efficaces à l'occasion de cette campagne électorale».

«On a toujours été ensemble»

A un journaliste qui lui demandait si l'unité et le rassemblement s'imposaient juste avant le scrutin, la maire de Lille a assuré qu'elle et le Premier ministre, qui ont fréquemment étalé leurs divergences, avaient le même but «Pourquoi vous dites le rassemblement? On a toujours été ensemble donc il n'y a pas de problème, on est dans le même parti, on se bat pour la même chose, pour la réussite de la France, du Président de la République et du gouvernement donc voilà, on continue».

Si leurs chemins se sont séparés à la mi-journée, Valls se rendant à Bruxelles pour rencontrer la Commission européenne, le Premier ministre et Martine Aubry s'étaient retrouvés tôt le matin à EuraTechnologies, un incubateur lillois d'entreprises innovantes, dans un même esprit de resserrement des rangs.

Petit déjeuner en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le mercredi 18 mar 2015 à 16:50

    Aussi dogmatique l'un que l'autre CLIENTÉLISME(on ne touche pas aux régimes et statuts spéciaux)ET CORPORATISME(Aucun effort de la part des élus ni sur le nombre ni ni sur les avantages, rémunérations ,indemnités.) Sont les bases de la politique socialiste.