Départementales : Marine Le Pen annonce des ralliements de tous bords au FN

le
0
Départementales : Marine Le Pen annonce des ralliements de tous bords au FN
Départementales : Marine Le Pen annonce des ralliements de tous bords au FN

Marine Le Pen, présidente du FN, a fait état vendredi du ralliement de plusieurs cadres d'autres partis ou de syndicalistes en vue des élections départementales.

Interrogée par l'AFP sur des transfuges d'autres formations politiques vers le Front national ou le Rassemblement Bleu Marine - à l'image de deux conseillers municipaux UMP de Marseille - l'eurodéputée a assuré: «clairement, après avoir rallié à lui les électeurs qui venaient d'un peu partout, comme le démontre chaque élection, nous commençons à rallier à nous des cadres qui rejoignent notre combat».

Elle pointe aussi «l'arrivée de beaucoup de syndicalistes en 2014», «ce sont des gens qui portent sur la politique du gouvernement un jugement extrêmement sévère. Et 2014 a été l'année où le PS s'est totalement soumis à la politique ultralibérale». Dans la catégorie des personnalités ayant exercé des mandats ou des fonctions ailleurs, elle cite, dans ses listes départementales, «trois PS», dont un animateur de la campagne des primaires de Ségolène Royal en 2011, «d'anciens conseillers municipaux de l'Oise et du Pas-de-Calais».

29 syndicalistes recrutés

Il y a aussi «4 MPF, 15 UMP, dont un ancien maire de Saint-Gilles dans le Gard, un autre de Vence dans les Alpes-maritimes, un ancien candidat aux législatives dans le Loir-et-Cher, des maires adjoints». Marine Le Pen dénombre encore «6 Debout la République (ndlr: mouvement devenu Debout la France) dont l'ancienne tête de liste aux européennes de 2009 en Ille-et-Vilaine» dans la grande région Bretagne, «4 DVD, 4 MoDem, 4 UDI, 1 MRC».

Marine Le Pen détaille encore «des ralliés n'ayant pas eu de fonction dans leurs partis», selon elle. Et de citer «3 PS, 32 UMP, 1 DLR, 1 MoDem, 1 MRC, 1 NPA»... Selon elle, une nouveauté du scrutin de mars est l'attrait exercé par son camp sur des syndicalistes. «8 CGT, 9 CFTC, 5 CFDT, 7 FO» figureront ainsi sur ses listes cantonales, selon ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant