Départementales : les leaders tirent leurs dernières cartouches

le
0
Départementales : les leaders tirent leurs dernières cartouches
Départementales : les leaders tirent leurs dernières cartouches

Derniers sondages, derniers meetings, dernières petites phrases... la campagne pour le premier tour des élections départementales tirait à sa fin ce vendredi avec les ultimes efforts des leaders politiques pour convaincre leur électorat de se déplacer dimanche. Si la campagne ne s'achève officiellement que dans la nuit de samedi à dimanche à 0 heure, la publication des sondages et la distribution des documents électoraux sera déjà interdite ce samedi.

Manuel Valls a achevé dans la Drôme et l'Ardèche deux semaines intenses de meetings un peu partout en France. Pour mobiliser l'électorat de gauche, le Premier ministre a choisi de faire du combat contre le FN l'enjeu principal de l'élection, une stratégie qui n'a pas fait l'unanimité au PS et lui a été reprochée notamment par Jean-Marc Ayrault. «On ne peut pas accepter que le Front national soit la première force politique de notre pays et c'est pour cela que je me suis pleinement engagé pour mobiliser tous les citoyens, tous les républicains», a-t-il répété lors du meeting à Vivier (Ardèche).

VIDEO. La mini-partie de pétanque de Macron et Valls pour la fin de la campagne

Nicolas Sarkozy, épinglé au sein même de sa formation pour ses dernières sorties très à droite sur la laïcité (interdiction du voile à l'université, pas de menu de substitution au porc dans les cantines) a tenu un dernier meeting en début de soirée à Dammarie-les-Lys (Seine-et-Marne). Il a encore une fois martelé sa formule «FNPS» (voter FN au premier tour, c'est faire gagner le PS au second tour) et a profité de sa présence en Seine-et-Marne, pour «saluer» l'ancien président de l'UMP Jean-François Copé, député du département et absent au meeting, et «lui dire qu'on a besoin de lui», devant un millier de personnes selon les organisateurs.

Marine Le Pen, pour qui les attaques des socialistes font «tomber les voix» pour son parti, a fini sa campagne avec des éleveurs ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant