Départementales : les incertitudes du «troisième tour»

le
0
Départementales : les incertitudes du «troisième tour»
Départementales : les incertitudes du «troisième tour»

Quatre jours après le deuxième tour des élections départementales, les assemblées élisent ce jeudi leurs président(e)s. Dimanche dernier, l'UMP et l'UDI ont fait basculer à droite 25 départements détenus par la gauche et devraient, normalement, se retrouver aux commandes de 66 départements sur 101.

Pour être élu pour six ans, le président du conseil départemental (ex-conseil général) doit recueillir la majorité absolue au 1er ou au 2ème our de scrutin. A défaut, il est élu à la majorité relative au 3ème tour. En cas d'égalité des voix, l'élection est acquise au bénéfice de l'âge.

Si les femmes occupent désormais la moitié des bancs dans les conseils départementaux, elles ne seront qu'une infime poignée à s'installer dans les fauteuils des présidences : 4 socialistes, 2 UMP (peut-être 3 ou 4) et 1 UDI. 

Gauche ou droite ?

Dans le Vaucluse,où gauche et droite sont à égalité avec 12 sièges chacun, l'UMP table sur l'élection à la majorité relative du doyen d'âge issu de ses rangs. Il s'agit de Maurice Chabert, 71 ans, maire de Gordes.

Dans l'Aisne, où il n'a qu'un canton d'avance sur les huit de la gauche, l'UMP mise aussi sur le troisième tour pour porter l'un des siens à la présidence et neutraliser les élus des quatre cantons détenus par le FN.

Dans le Tarn-et-Garonne et la Lozère, ce sont des candidats dits «divers» qui arbitreront entre gauche et droite à égalité de sièges. Dans les deux cas, ces candidats ont été classés par le ministère de l'Intérieur «divers gauche». S'ils penchaient effectivement de ce côté, Jean-Michel Baylet pourrait continuer à conduire son département du Sud-ouest. Et la Lozère serait alors le seul département à basculer à gauche.

Duels à droite

Deux duels à droite vont aussi retenir l'attention. A commencer par celui de l'Essonne où Georges Tron, qui a vu son renvoi aux assises pour viol annulé par l'avocat général de la Cour de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant