Départementales : le PS, derrière l'UMP, «résiste mieux que prévu»

le
0
Départementales : le PS, derrière l'UMP, «résiste mieux que prévu»
Départementales : le PS, derrière l'UMP, «résiste mieux que prévu»

Voir le verre à moitié plein ou à moitié vide, c'est selon. D'après les dernières estimations d'Ipsos, le PS obtient entre 24% (35  à 37,1% pour les listes de gauche) au soir du premier tour des élections départementales. La rue de Solférino opte pour la première option. «On ne disparaît pas !» clame-t-on. Cela résiste mieux que prévu.» Toutes la soirée, les ténors ont assuré avoir limité la casse, à l'image de Manuel Valls. «Les candidats de la majorité ont réalisé des scores honorables», a jugé le Premier ministre.

Mais le PS est quand même loin derrière l'UMP-UDI (32,5%) et le FN (25,8%). Surtout, la gauche a déjà été éliminée «dans 500 cantons» sur 2.054, a déclaré le secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen, un chiffre qui n'était toutefois «pas confirmé» par le responsable chargé des élections au parti socialiste Christophe Borgel. Selon ce dernier, «il y a toute une série d'endroits où la gauche est éliminée», citant l'Ain, l'Aisne, le Gard ou encore le Nord. A 22h50, elle ne comptabilisait que 50 élus.

Trois ministres en ballotage favorable

Chez les membres du gouvernement qui se présentaient Patrick Kanner (Ville) Ségolène Neuville (Personnes handicapées) et André Vallini (Réforme territoriale) étaient en ballotage favorable.

Cette campagne, les socialistes avec en tête le Premier ministre, l'a menée contre le FN. «Ce soir, l'extrême droite n'est pas la première formation politique. Je m'en félicite car je mes suis personnellement engagé», s'est réjoui le Premier ministre juste après 20 heures, appelant «tous les républicains à faire barrage à l'extrême droite».

Valls appelle au rassemblement de la gauche

Pour le second tour, l'heure est au rassemblement. «La gauche doit se rassembler autour du candidat de gauche présent au second tour pour garder le plus de départements à gauche. J'appelle tous les républicains ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant