Départementales : la moitié des Français désapprouve le «ni-ni» de l'UMP

le
2
Départementales : la moitié des Français désapprouve le «ni-ni» de l'UMP
Départementales : la moitié des Français désapprouve le «ni-ni» de l'UMP

Elle fait débat jusque dans l'organigramme de l'UMP. La stratégie du «ni-ni», choisie par Nicolas Sarkozy pour le second tour des élections départementales, est désapprouvée par une petite majorité de Français. Selon un sondage CSA pour RTL* publié ce jeudi, un peu plus de la moitié des personnes interrogées (53%) goûtent peu à l'idée que le président du principal parti d'opposition décide de ne voter ni pour le PS ni pour le FN en cas de duel.

Dans le détail, à la question «Nicolas Sarkozy n'appellera à voter ni pour le Front national ni pour le Parti socialiste en cas de duel entre les deux partis. Personnellement, approuvez-vous ou désapprouvez-vous cette position ?», 33% des sondés désapprouvent tout à fait et 20% désapprouvent plutôt. En revanche, ils sont tout de même 20% à approuver tout à fait et 27% à plutôt approuver.

Approuvée à 82% auprès des sympathisants UMP

Il est intéressant de constater que, dans son parti, l'ancien chef de l'Etat récolte de nombreux soutiens sur ce point. Chez les sympathisants UMP en effet, 18% seulement désapprouvent ce choix du «ni-ni» et 82% approuvent - dont 45% tout à fait.

Toutefois, selon un sondage Odoxa paru mardi pour «Le Parisien» - «Aujourd'hui en France», une majorité d'électeurs UMP (54%) n'ont pas l'intention de suivre la consigne du «ni-ni» en cas de duel PS-FN. Selon cette enquête menée au lendemain du premier tour, 27% des électeurs UMP-UDI voteraient pour le FN, 27% pour le PS et seuls 46% choisiraient l'abstention ou le vote blanc ou nul, suivant ainsi la consigne du parti.

Des intentions de vote très différentes de la perception du résultat

Par ailleurs, à la question de savoir qui sortira vainqueur dimanche prochain lors de ce second tour des départementales, 70% répondent l'UMP et le centre, 20% le FN et 9% le PS et la gauche. Mais cela correspond à une projection des résultats et non aux intentions de vote des Français. En ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le jeudi 26 mar 2015 à 18:06

    c'est l'électeur qui est propriétaire de son bulletin,

  • M2931816 le jeudi 26 mar 2015 à 10:53

    Normal il s'agit essentiellement de la gauche et de l'edi.