Départementales : la Lozère est-elle vraiment passée à gauche ?

le
1
Départementales : la Lozère est-elle vraiment passée à gauche ?
Départementales : la Lozère est-elle vraiment passée à gauche ?

Dimanche soir, c'était la divine surprise pour la gauche, l'exception qui confirmait la règle pour la droite. La Lozère était l'unique département de France à passer de droite à gauche, dans une région - le languedoc-Roussillon - désormais entièrement acquise à la gauche. Une première, qui plus est,  dans l'histoire de ce département rural, le moins peuplé de France.

Las, Henri Boyer et sa colistière Sophie Malige, le binôme qui devait permettre à la gauche de diriger le département en lui assurant une courte majorité (7 sièges sur 13) se fait désirer. «Pour l'heure, je ne sais pas vers qui je me rallierai», a fait savoir ce lundi après-midi Henri Boyer à l'issue d'une rencontre avec le sénateur-maire socialiste de Mende Alain Bertand, ce qui a fait dire à ce dernier : «La droite a perdu le département, nous ne l'avons pas encore gagné», selon le quotidien Le Midi libre cet après-midi .

Le doute vient du canton de Chirac 

«Le président Pourquier m'a appelé. On va voir», ajoute Henri Boyer, laissant entendre qu'il pourrait aussi bien se rallier au président UMP sortant du conseil départemental. Maire de Chirac - cela ne s'invente pas - , Henri Boyer rappelle aujourd'hui que lui et sa colistière concouraient dans cette élection «sans étiquette» et qu'ils ne sont «ni de droite ni de gauche». Ce qui ne les avaient pas empêchés ce dimanche d'être les tombeurs du député UMP Pierre Morel A l'Huissier. 

Un malheur n'arrivant jamais seul, les socialistes ne sont pas parvenus à se mettre d'accord sur le nom de l'éventuel successeur de l'UMP Jean-Paul Pourquier à la tête de l'exécutif local. La candidature de la leader de la gauche unie pour ce scrutin, Sophie Pantel (DVG), élue à Saint-Étienne du Valdonnez (51,15%), a été remise en question par une partie du PS qui préférerait une autre Pantel, Guylène Pantel (PS) élue, elle, à Florac (60,97%) et sans lien familial avec son homonyme.

Lutte ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7361806 le lundi 30 mar 2015 à 19:21

    Les moutons seront mieux gardés