Départementales : la droite remporte son pari

le
0
Départementales : la droite remporte son pari
Départementales : la droite remporte son pari

«L'alternance est en marche.» Au soir du 1er tour des élections départementales, ce dimanche, Nicolas Sarkozy s'est réjoui des résultats très encourageants pour la droite. Selon les dernières estimations données par Ipsos, l'alliance UMP-UDI arrive en tête, avec 32,5% des suffrages, devant le FN (25,8%) et le PS (24%). 

Peu après 20 heures, rue de Vaugirard, au siège de l'UMP, l'ancien président de la République, pour qui ce scrutin est le premier depuis qu'il a repris les rênes de la droite, y voit «une profonde aspiration des Français à un changement clair». «Dans un grand nombre de départements ce soir, les conditions du changement sont réunis», a assuré Nicolas Sarkozy, qui espère inverser le rapport de forces alors que sur 101 départements, la droite en dirige actuellement 40 et la gauche 61 (dont 48 pour le PS). «J'appelle tous les Français qui veulent ce changement à se mobiliser pour le second tour afin de conforter la dynamique enregistrée ce soir», a-t-il ajouté.

Ni PS, ni FN au second tour

Pour le second tour, le patron de l'UMP a confirmé sa stratégie du ni PS, ni FN. Là où l'UMP sera absente du second tour, elle «n'appellera à voter ni pour le FN ni pour la gauche». Et à tous ceux qui votent FN, «nous entendons leur exaspération, mais ce parti n'apportera aucune réponse aux problèmes français. Au contraire, il les aggravera. Il n'y aura aucun accord local ou national avec ce parti», a-t-il assuré. Et de conclure : «L'alternance est en marche. Rien ne l'arrêtera.»

VIDEO. Sarkozy : «L'alternance est en marche»

Départementales 2015 : «Nicolas Sarkozy vainqueur de la première étape»

Le maire UMP de Bordeaux Alain Juppé, s'est lui réjoui du succès de la droite et des centres. Le candidat à la primaire UMP pour la présidentielle de 2017, a jugé aussi que ces résultats représentaient un «désaveu de la majorité» et qu'il n'y avait «pas de vague Bleu ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant