Départementales : Guedj ne veut pas aller «à l'abattoir en courbant l'échine»

le
7
Départementales : Guedj ne veut pas aller «à l'abattoir en courbant l'échine»
Départementales : Guedj ne veut pas aller «à l'abattoir en courbant l'échine»

Face à la raclée annoncée, Jérôme Guedj ne compte pas rester muet. Alors que les sondages prédisent un score catastrophique au Parti socialiste et une montée en puissance du Front national aux départementales de mars prochain, dans la droite ligne des dernières élections municipales et européennes, le président du conseil général de l'Essonne prévient : «Je ne vais pas à l'abattoir en courbant l'échine.»

«D'ailleurs, je ne veux pas aller à l'abattoir, je ne suis pas résigné», lance-t-il ce mercredi sur France Info, déplorant la «petite musique sur la catastrophe annoncée». Mais oui, finit-il par reconnaître, «il y a un certain nombre d'éléments qui sont très inquiétants» et «le contexte est délicat». Et puis il y a «le souvenir des élections municipales»...

«J'ai pas envie d'être balayé»

En mars, rappelle Guedj, «des maires de gauche, notamment socialistes, qui travaillaient, qui avaient un bon bilan, ont été balayés par un tsunami qui est celui de l'abstention de gauche». La déroute est alors historique : la gauche perd 155 villes de plus de 9 000 habitants. Rebelote aux européennes de mai, le PS arrive en troisième position avec un tout petit 13,99% des voix quand le FN caracole en tête à 25%.

«J'ai peur que ça puisse être pire», souffle Guedj, à l'approche des départementales. Selon un sondage Odoxa-Orange/Presse régionale/France inter/L'Express publié mardi, le PS et ses alliés sont crédités de 17% des voix, contre 28% au FN et 25% à l'UMP. Alors que la gauche détient actuellement 61 départements, dont 48 pour le seul PS, les plus pessimistes estiment entre 15 et 25 le nombre de départements pouvant être conservés.

L'ex-député, membre de l'aile gauche du PS et de cette «fronde» qui s'oppose à la politique économique menée par l'exécutif, lâche : «Je n'ai pas envie d'être balayé pour des raisons qui m'échappent, alors qu'on a bossé et sérieusement bossé dans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fbordach le vendredi 19 déc 2014 à 14:39

    Comme ils sentent le vent ils commencent à essayer de se trouver des petits boulots (autoroutes, commissions diveres?) pour éviter d'aller pointer trop longtemps à Pôle Emploi!

  • rodde12 le mercredi 17 déc 2014 à 16:33

    Le pire serait qu'ils soient réélus.

  • j.petitp le mercredi 17 déc 2014 à 14:34

    Les socialistes font passer le social avant le plein emploi. Lui va se retrouver au chomage. On verra si il pense que le social doit toujours l'emporter sur l'emploi.

  • M8252219 le mercredi 17 déc 2014 à 14:33

    Pendant 2ans vous n'avez rien voulu voir et rien voulu entendre,vous avez fait une politique clientéliste et corporative,en ne réduisant pas le nombre des élus en ne plafonnant pas leurs revenus,indemnités et avantages.Clientélistes en ne supprimant pas les privilèges des statuts et régimes spéciaux,fonctionnaires,sncf,edf,dockers intermittents.privilèges et inégalité avec les salariés du privé qui leur paient leur retraite.

  • lemonon1 le mercredi 17 déc 2014 à 13:42

    vous avez prouvé tant d'incompétence à gouverner que vous allez en prendre pour 50 ans de purgatoire!

  • M6207100 le mercredi 17 déc 2014 à 13:36

    Ok il est peut toujours changer de parti politique ou mieux encore arrêter la politique quelque part ses états d'âme on s'en ... vous m avez compris

  • M2547374 le mercredi 17 déc 2014 à 13:30

    Que tu le veuilles ou pas n' a pas d' importance : vous êtes arrivé au pouvoir, ce qui est une catastrophe pour le pays, sur des mensonges et pour de mauvaises raisons. Votre totale incompétence à jeter les bases du redressement du pays va vous conduire à regagner l' opposition, d' où vous n' auriez jamais du sortir, sans l' aide du vote FN, que vous avez créé et fait prospérer.