Départementales : et maintenant le tripartisme

le
0
Départementales : et maintenant le tripartisme
Départementales : et maintenant le tripartisme

Après les européennes de 2014, le nouveau succès du Front national au premier tour des départementales confirme un changement majeur pour notre système politique : l'entrée dans le tripartisme. Jusqu'ici, depuis ses débuts en 1958, la Ve République vivait au rythme de l'affrontement -- et de l'alternance au pouvoir -- des deux grands partis de gauche et de droite, le PS et l'UMP (ex-RPR). Il faut désormais compter avec un troisième grand acteur, le FN. En retrouvant dimanche dernier son score de mai 2014, 25 % des voix, le mouvement lepéniste ne peut certes plus se proclamer premier parti de France, mais il fait jeu égal avec l'UMP (30 % avec ses alliés UDI et MoDem) et le PS (21,3 % avec les radicaux de gauche).Dans plusieurs centaines de cantons, ses candidats ont même éliminé du second tour ceux du PS ou de l'UMP. Plus qu'un phénomène, il y a là une nouvelle donne qui devrait bel et bien s'ancrer dans notre paysage politique, au vu de la progression régulière du FN, notamment depuis l'arrivée à sa tête de Marine Le Pen, scrutin après scrutin.

Pourtant, ce tripartisme gauche-droite-extrême droite ne satisfait pas entièrement les Français. En effet, selon notre sondage Odoxa (avec i>télé), près de la moitié des Français (48 %) ne se reconnaissent pas dans les trois grands partis. Soit qu'ils se sentent plus proches du bloc « autres partis » (sept partis de la gauche, du centre ou de la droite). Soit, et c'est plus embêtant, qu'ils ne se sentent proches d'aucune formation politique. « Avec 26 %, le premier parti de France est ainsi celui des sans-parti », commente Céline Bracq, directrice d'Odoxa. Autre enseignement de l'enquête, les trois grands ne représentent finalement que la moitié de la population (52 %). « Cela signifie que l'UMP, le PS et le FN ne suscitent pas d'engouement spontané », poursuit Céline Bracq. Dans notre sondage, PS et UMP apparaissent au coude-à-coude, ce qui peut paraître ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant