Départementales : en Isère, l'UMP met fin à 14 ans de règne socialiste

le
0
Le député Jean-Pierre Barbier est le favori pour prendre la tête du nouveau conseil départemental.
Le député Jean-Pierre Barbier est le favori pour prendre la tête du nouveau conseil départemental.

Le département de l'Isère a basculé à droite ce dimanche soir. Le PS, qui dirigeait le département depuis 2001, enregistre une sévère défaite au profit de l'UMP. Ce changement de majorité était annoncé depuis le premier tour de scrutin : le président sortant de l'Isère, le PS Alain Cottalorda, qui remplaçait à ce poste depuis juillet 2014 André Vallini appelé au gouvernement, a été éliminé dès le premier tour dimanche dernier dans son canton de Bourgoin-Jallieu. Alain Cottalorda avait été devancé par le FN et l'UMP, qui l'a finalement remporté. André Vallini, lui, réussit à sauver de justesse son siège, après s'être trouvé le soir du premier tour en position très délicate. Plus généralement, ces élections départementales sont marquées en Isère par une poussée du parti d'extrême droite, qui s'est retrouvé présent au second tour dans un grand nombre de cantons face à l'UMP sans toutefois pouvoir l'emporter. La droite réalise ici un véritable raz-de-marée, ne laissant que quelques cantons à la gauche : le PS parvient, avec le député Erwann Binet, à conserver le canton de Vienne 1. Le PS arrive également à conquérir, grâce à une triangulaire, le canton de Grand-Lemps. "Scrutin détourné de son objet" André Vallini explique cet échec de la gauche par la "nationalisation" d'un scrutin qui avait une vocation locale. "Ce scrutin a été détourné de son objet. Il est évident qu'en Isère comme ailleurs, si les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant