Départementales : dernières passes d'armes avant la fin de la campagne

le
0
Départementales : dernières passes d'armes avant la fin de la campagne
Départementales : dernières passes d'armes avant la fin de la campagne

27 mars, minuit. La campagne de l'entre-deux tours des départementales est bouclée. Sauf à évoquer les généralités du scrutin, télévisions et radios n'ont plus le droit de parler des élections avant l'ouverture des bureaux de vote dimanche à 8 heures. Les candidats vont pouvoir se reposer quelques heures. Tous, de gauche, du centre, de droite, d'extrême-droite, ils ont battu le pavé pour rallier à eux les indécis et les sceptiques. 

La majorité, qui joue gros dimanche, réfléchissait déjà à l'après-départementales vendredi, l'exécutif semblant peu pressé de remanier et le parti socialiste se disant prêt à un réchauffement de ses relations avec ses partenaires de gauche dès lundi. Invité du Grand Journal ce vendredi soir, le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone (PS) a défendu l'idée que le parti socialiste puisse discuter avec ses partenaires naturels de gauche, les écolos en tête. 

«On était dans l'obligation de réinstaller l'espérance industrielle dans ce pays, de redonner des capacités financières à l'entreprise, sans laquelle il n'y a pas de croissance. Qu'allons-nous faire (des) efforts que nous avons demandé aux Français ? Quand on dit priorité à l'Education nationale, 60 000 postes, ce n'est pas rien», a-t-il plaidé à l'adresse des mécontents de la politique sociale-libérale du gouvernement. Ce vendredi matin, voulant croire que «rien (n'était) joué», le Premier ministre avait défendu la même idée : «Je veux porter une République forte et bienveillante», a expliqué Manuel Valls sur iTélé.

En déplacement aux Ulis, une ville populaire de l'Essonne où les électeurs se sont peu mobilisés, la ministre de la Justice Christiane Taubira a appelé les abstentionnistes, ce vendredi, à voter. «Il y a une vraie différence entre les politiques de gauche et les politiques de droite et nous sommes venus le rappeler» et «dire aux abstentionnistes qu'il faut vraiment qu'ils ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant