Départementales 2015 - Vaucluse : bagarre à l'extrême droite

le
0

Le député-maire d'Orange Jacques Bompard et la députée FN Marion Maréchal-Le Pen sur les bancs de l'Assemblée nationale.
Le député-maire d'Orange Jacques Bompard et la députée FN Marion Maréchal-Le Pen sur les bancs de l'Assemblée nationale.

 

"L'époque des Duce est terminée. Celle des Grands Timoniers aussi. Le Führer, le Danube de la pensée, le Caudillo, le Conducator, tout cela est fini." L'été 2004 touche à sa fin. En ces termes, Jacques Bompard déclare la guerre au patron du FN Jean-Marie Le Pen et rend sa carte de militant l'année d'après. Une décennie plus tard, l'indéboulonnable maire d'Orange (réélu depuis 1995) et les Le Pen continuent toujours de régler leurs comptes dans le département du Vaucluse. C'est désormais la petite-fille de Jean-Marie Le Pen, Marion Maréchal-Le Pen, 25 ans - implantée dans le département depuis sa victoire aux législatives en 2012 --, qui bataille contre le député-maire Jacques Bompard, âgé de 72 ans. Pendant cette campagne des élections départementales prévues les 22 et 29 mars, la tension est à son comble.

L'échec des sénatoriales

La raison de cette guerre ? Le FN n'a pas conclu d'accord avec la Ligue du Sud, le petit parti politique de Jacques Bompard. Le parti de Marine Le Pen a décidé de présenter des candidats dans chacun des 17 cantons (au lieu de 24 avant le redécoupage) et donc y compris dans ceux d'Orange, de Bollène et de Valréas, également disputés par la Ligue du Sud. Cette guerre ouverte remonte aux élections sénatoriales de septembre 2014, lors desquelles la Ligue du Sud et le FN n'avaient pas réussi à s'entendre. La maire de Bollène Marie-Claude Bompard avait exigé d'être la tête d'une liste commune, ce...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant