Départementales 2015 : la lourde défaite du PS et de la gauche

le
2

Le sursaut tant espéré n'a pas eu lieu. Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, la gauche ne conserve que 32 départements et conquiert la Lozère (un total de 33, donc), alors qu'elle en administrait 61. C'est une quatrième défaite d'affilée après celles des municipales, des européennes et des sénatoriales l'an dernier. «La droite républicaine remporte les élections départementales», a aussitôt reconnu Manuel Valls ce dimanche soir, qui a imputé le «net recul» de la gauche à sa division.

Ce scrutin ramène la gauche, qui détenait une majorité de départements depuis 2004, à des niveaux proches des scrutins cantonaux de 1992 (23 départements), 1994 (24) voire de 1988 (29). Au total, elle remporterait seulement 746 à 776 cantons, contre 1125 à 1155 pour la droite.

Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll a cherché à minimiser la défaite. «Ce recul indique une résistance très claire de la gauche et du PS dans son ensemble», a-t-il déclaré. Quant à Jean-Christophe Cambadélis, numéro 1 du PS, il refuse de parler de «débâcle». «Le second tour marque un recul d'implantation», a-t-il sobrement commenté.

VIDEO. Départementales : l'UMP inflige une nouvelle claque au PS, le FN confirme

Le PS perd le fief de Hollande

Cette défaite est aussi un échec personnel pour le Premier ministre, qui a mené à l'occasion de cette élection une bataille contre le FN. «Les scores très élevés de l'extrême droite restent plus que jamais un défi pour tous les républicains. C'est la marque d'un bouleversement durable de notre paysage politique chacun devra en tirer les leçons», a-t-il estimé. 

Les ténors du PS, du PC en passant par ceux d'EELV avait sonné le rassemblement dans l'entre-deux tour. Las, la gauche perd de nombreux bastions comme les Bouches-du-Rhône, Drôme, le Territoire de Belfort, les Côtes d'Armor. Surtout, le PS voit  deux départements symboliques basculer à droite ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le lundi 30 mar 2015 à 09:27

    INÉGALITÉS croissantes entre les français: d'une part ,élus et salariés avec statuts et régimes spéciaux faisant le plein de privilèges de primes et d'avantages, et les autres, salariés du privé, entrepreneurs, artisans et commerçants. DÉRESPONSABILISATION systématique des citoyens par la redistribution sociale incontrôlée. INÉGALITÉ ET DÉRESPONSABILISATION SONT les raisons de l'échec SOCIALISTE

  • M3366730 le lundi 30 mar 2015 à 01:12

    En 3 ans, enfin une bonne nouvelle même si le chômage, la faillite des entreprises,les impôts et taxes, le nombre de fonctionnaires n'ont jamais été aussi haut !