Départementales 2015 : l'UMP inflige une nouvelle claque au PS, le FN confirme

le
3
Départementales 2015 : l'UMP inflige une nouvelle claque au PS, le FN confirme
Départementales 2015 : l'UMP inflige une nouvelle claque au PS, le FN confirme

Nicolas Sarkozy tient sa première victoire depuis son retour aux affaires. Avec son alliée l'UDI, l'UMP est le vainqueur incontestable des élections départementales 2015, en remportant au moins 66 départements (sur 101). La défaite du PS est encore une fois claire et nette. Alors qu'elle administrait 61 départements, elle n'en a conservé que 34. Quant au FN, même s'il échoue à conquérir un département, il fait son entrée dans quatorze assemblées. 

Ce deuxième tour sera suivi d'un troisième jeudi, lorsque les conseillers départementaux fraîchement élus désigneront les présidents des départements, un processus épineux là où les majorités sont relatives ou incertaines.

VIDEO. Départementales : l'UMP inflige une nouvelle claque au PS, le FN confirme

Lourde défaite du PS, l'aile gauche monte au créneau. Et de quatre. Après les municipales, les européennes et les sénatoriales l'an passé, la majorité reçoit une nouvelle gifle dans les urnes. Contrairement au premier tour, où il avait évoqué des résultats honorables de son camp, Manuel Valls a cette fois reconnu sans détour une victoire «incontestable» de la droite républicaine et «un net recul» de la gauche. Un échec qu'il a imputé à une gauche «trop dispersée», «trop divisée».

Ce scrutin ramène la gauche, qui détenait une majorité de départements depuis 2004, à des niveaux proches des scrutins cantonaux de 1988 (29 départements), son pire résultat restant celui de 1992 (23 départements). Cette défaite est aussi un échec personnel pour le Premier ministre, qui a mené une féroce bataille contre le FN. «Les scores très élevés de l'extrême droite restent plus que jamais un défi pour tous les républicains. C'est la marque d'un bouleversement durable de notre paysage politique chacun devra en tirer les leçons», a-t-il jugé. Les défaites symboliques sont nombreuses : la Corrèze, le fief d'Hollande, l'Essonne, celui de Valls, le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le lundi 30 mar 2015 à 09:27

    Nous ne changerons pas de politique à dit le président BEAU PROGRAMME POUR COULER "LA FRANCE" le PS étant déjà coulé

  • M1903733 le lundi 30 mar 2015 à 09:21

    M22 ce qu'ils vont faire et bien comme d'habitude, rien, oui rien ne va changer pour le Français moyen, ceux qui travaillent ou qui on travaillé.

  • M2266292 le lundi 30 mar 2015 à 08:26

    Maintenant nous allons voir ce qu'ils vont faire?