Départementales 2015 : l'Eure va-t-il virer à droite ?

le
0
Sébastien Lecornu a gagné les dernières municipales en mars 2014 et veut récidiver pour les départementales.
Sébastien Lecornu a gagné les dernières municipales en mars 2014 et veut récidiver pour les départementales.

"Comme aux municipales de 2014, on applique les mêmes recettes du pot-au-feu Le Maire : union de l'opposition et renouvellement des candidats", résume Sébastien Lecornu, 29 ans et coordonnateur de la campagne des départementales pour la droite et le centre. Collaborateur de Bruno Le Maire dès 2007, il a montré ses talents en dirigeant la campagne du député de l'Eure pour la présidence de l'UMP fin 2014. Dans les 23 nouveaux cantons, l'opposition UMP-UDI-MoDem et DVD est unie dès le premier tour, et seuls huit des dix-neuf sortants se représentent.L'unité avec le renouveau, une méthode qui a porté ses fruits aux dernières élections sénatoriales : en dépit de la proportionnelle, droite et centre ont conservé leurs trois sièges. Dans le département voisin du Calvados, le Parti socialiste a seulement arraché l'un des trois sièges détenus par l'opposition. Et pour le scrutin des municipales, l'UDI a repris Louviers, et l'UMP, Évreux, Les Andelys et Gisors qui était gérée par le Parti communiste depuis 1945 ! Le nouveau maire, Alexis Rassaert, a 26 ans. Et à Vernon, Sébastien Lecornu s'est également imposé face au PS. "Lors de ces scrutins, les diviseurs de la droite ont aussi été battus et sanctionnés", souligne Sébastien Lecornu. Dans le viseur, un ancien député-maire d'Évreux (Jean-Pierre Nicolas) et un ex-sénateur-maire de Vernon (Jean-Luc Miraux), vainement candidats dissidents de l'UMP aux municipales : "L'union répond à la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant