Départementales 2015 - Hérault : le centre se rebelle

le
0

À Montpellier, la guerre fait rage au centre de la vie politique. Photo d'illustration.
À Montpellier, la guerre fait rage au centre de la vie politique. Photo d'illustration.

 

À Montpellier, la guerre fait rage à l'approche des élections départementales. Et c'est un même camp, le centre, qui se déchire. L'affaire oppose Joseph Francis, président de la fédération départementale de l'UDI, et Anne Brissaud, élue municipale et membre fondateur de l'UDI jusqu'à sa suspension provisoire du parti fin février. Sa faute ? Avoir apporté son soutien à des candidats non investis par les instances nationales. Contactée par Le Point.fr, Anne Brissaud s'étonne de cette mesure brutale et dénonce une démarche opportuniste motivée par de vieilles rancunes.L'affaire ressemble à s'y méprendre à un règlement de comptes. Pour en trouver les racines, il faut remonter jusqu'aux élections municipales de l'année dernière. Joseph Francis avait alors obtenu l'aval de Jean-Christophe Lagarde pour se présenter contre la liste conduite par Anne Brissaud. Cette dernière avait pourtant été investie par l'UDI et l'UMP. Au final, c'est elle qui obtient un siège au conseil municipal, mais sous l'étiquette de son association Montpellier au centre. Joseph Francis, lui, est reparti bredouille. Cette défaite, il ne l'aurait jamais digérée, témoignent plusieurs acteurs de la vie locale. Condamné à trois mois d'inéligibilité Entre-temps, Joseph Francis a pris la tête de l'UDI 34. À Montpellier, les suspicions quant à la régularité de son élection vont bon train. Dans son communiqué de presse, faisant suite à sa suspension provisoire...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant