Départementales 2015 - Eure : rude mission pour l'ex-diplomate Jean-Louis Destans

le
0
Jean-Louis Destans (ici avec François Hollande en novembre 2014) a longtemps oeuvré pour la diplomatie française.
Jean-Louis Destans (ici avec François Hollande en novembre 2014) a longtemps oeuvré pour la diplomatie française.

"En 2001, la gauche a gagné le département de l'Eure un peu par surprise. Et depuis, à chaque élection, on m'a donné battu. Mais la gauche s'est maintenue ou a même accru son avance", affirme Jean-Louis Destans, 64 ans, le président socialiste du conseil général et candidat à sa succession pour le scrutin des 22 et 29 mars prochains. Battu aux sénatoriales de 2008, il a été élu député en juin 2012 avec 39 voix d'avance sur le sortant UMP, Jean-Pierre Nicolas. "Le Conseil constitutionnel a validé mon élection en réduisant cette avance à 14 voix", ajoute Jean-Louis Destans, habitué des victoires sur le fil.Mais les prochaines élections départementales se présentent encore plus serrées. Le Front national, qui a viré en tête aux élections européennes avec 34 % des voix, pourrait faire de même dans de nombreux cantons. Quant à l'opposition UMP-UDI-MoDem-DVD, elle est emmenée par Sébastien Lecornu, jeune maire de Vernon et premier lieutenant de Bruno Le Maire, et se présente unie alors que la gauche est largement éparpillée. Combinée avec le vote FN, cette situation pourrait éliminer la gauche dans plusieurs cantons au soir du premier tour avec la barre fatidique des 12,5 % des inscrits pour se maintenir. Jean-Louis Destans est-il lui-même à l'abri d'une mauvaise surprise dans le canton de Brionne-Beaumont-le-Roger ? "Ce n'est pas gagné d'avance", reconnaît-il.Désunion de la gaucheDans les 23 nouveaux cantons redécoupés, seuls PS,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant