Départementales 2015 : dans l'Ain, une gauche heureuse

le
0
Il s'agit d'une commune rurale située à côté d'un immense parc naturel régional. Photo d'illustration.
Il s'agit d'une commune rurale située à côté d'un immense parc naturel régional. Photo d'illustration.

Dans quelques semaines, Guy Larmanjat ne sera vraisemblablement plus vice-président du conseil général de l'Ain. Le département devrait basculer à droite. En revanche, sauf grosse surprise, ce cadre de 52 ans retrouvera son siège de conseiller départemental. En 2011, il avait été élu avec 68,37 % des suffrages dans le canton de Bellegarde-sur-Valserine. Un score d'autant plus étonnant que la ville de Bellegarde, qui rassemble près des trois quarts de la population du canton, vote, elle, à plus de 70 % pour une liste de droite. En fait, cette commune, située à une trentaine de kilomètres de la frontière suisse, a la particularité de ne jamais envoyer à la mairie et au conseil général, à Bourg-en-Bresse, des élus de la même couleur politique.Pendant longtemps, cette petite ville de 13 000 habitants, nichée au croisement du Rhône et de la Valserine, a été gérée par un maire communiste. Les électeurs votaient tout aussi massivement pour le docteur Gérard Armand aux élections cantonales. Gérard Armand étant par ailleurs le suppléant du très droitier député Charles Million, qui avait dirigé la région Rhône-Alpes avec le Front national.Hollande en tête en 2012Mais, en 2002, Gérard Armand décède. Le socialiste Guy Larmanjat s'impose alors à l'issue d'une élection partielle, coiffant deux candidats de droite. "Je pense que les Bellegardiens ne souhaitent pas concentrer tous les pouvoirs dans les mêmes mains. Ils semblent...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant