Départementales 2015 : Baylet perd le Tarn-et-Garonne

le
0
Départementales 2015 : Baylet perd le Tarn-et-Garonne
Départementales 2015 : Baylet perd le Tarn-et-Garonne

La famille Baylet n'est plus à la tête du Tarn-et-Garonne. Le département, d'abord dirigé par Evelyne Baylet de 1970 à 1982, puis par son fils Jean-Michel Baylet, président du PRG, depuis 1985, est désormais présidé par Christian Astruc, déclaré sans étiquette (le ministère de l'Intérieur le classe DVG ) mais soutenu par la droite. 

Quatre jours après le second tour des élections départementales 2015, Christian Astruc faisait face à Marie-Claude Nègre (PRG), soutenue par Jean-Michel Baylet, qui a annoncé dès l'ouverture de séance qu'il ne se présentait pas. Malgré le soutien de l'historique président, Marie-Claude Nègre n'a recueilli que 12 voix, contre 18 pour son adversaire. 

Jean-Michel Baylet connaît donc là un nouveau revers, quelques mois après la perte de son siège de sénateur. Le président du groupe de presse «La Dépêche du Midi» n'est plus que simple conseiller départemental et président du PRG. Quant au Tarn-et-Garonne, il n'a plus de majorité stable avec 14 sièges à droite et 14 à gauche, plus le binôme sans étiquette dont fait partie le nouveau président. 

Christian Astruc, 66 ans, ancien allié de Baylet

Conseiller général du canton d'Auvillar depuis 20 ans et maire de Dunes depuis 1989, Christian Astruc est un agriculteur défenseur de la langue occitane. Âgé de 66 ans, il a été élu dimanche au second tour des départementales au siège de Conseiller départemental du canton Garonne-Lomagne-Brulhois remportant la triangulaire face aux candidats Radicaux de Gauche et Front National.

Politiquement, Christian Astruc a siégé au Conseil Général dans le groupe des radicaux de gauche, le parti de Jean-Michel Baylet et a été étiqueté «divers gauche» par le ministère de l'Intérieur. Mais il s'était abstenu de voter avec la majorité lors d'un récent vote du conseil. Il avait aussi décidé de se présenter aux départementales comme «sans étiquette» aux côtés de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant