Départ du tour du monde en 300 recharges électriques

le
0

STRASBOURG (Reuters) - Le premier tour du monde en voiture électrique de série s'est lancé samedi de Strasbourg pour un voyage de huit mois et 25.000 kilomètres qui exigera 300 recharges partielles ou totales des batteries.

Antonin Guy et Xavier Degon, les ingénieurs qui ont imaginé cette "Odyssée électrique", voient dans la nécessité de trouver une prise à chaque étape une opportunité de multiplier les rencontres, une aventure autant humaine que technique.

"Nous avions envie à la fois de partir à l'aventure et de montrer au grand public que ce moyen de transport était viable dès aujourd'hui", a dit, avant son départ, Xavier Degon, 27 ans qui travaille chez EDF sur l'optimisation de l'équilibre énergétique.

Son partenaire, Antonin Guy, 28 ans, est consultant chez Capgemini consulting où il a participé à plusieurs études sur la mobilité électrique.

Leur véhicule, une Citroën C-Zéro de série, dispose d'une vitesse de pointe de 130 km/h et d'une autonomie de 150 kilomètres. Sa batterie lithium-ion se recharge en six heures sur une prise domestique.

Le voyage les mènera, à rebours du sens de rotation de la terre, à travers 17 pays parmi lesquels les Etats-Unis, le Japon, la Chine, le Kazakhstan et la Russie.

Seule contrainte technique, pour éviter la panne de courant, les électronautes ont dû se munir de six adaptateurs de prise et de deux câbles de recharge différents correspondant aux tensions de 220 et de 110 volts.

Grâce à un système de géolocalisation embarqué, leur aventure pourra être suivie en temps réel tant par les équipes de Citroën, pour l'aspect technique, que par les internautes sur le site internet www.electric-odyssey.com

Les candidats "plugger" (celui qui branche) peuvent y proposer leurs service s'ils résident peu ou prou sur le trajet des deux hommes.

Le budget prévisionnel du voyage est de 250 à 500 euros pour l'énergie électrique, les dépenses logistiques étant prises en charge par divers sponsors tels qu'Orange, Axa, Gefco, la région Alsace et la ville de Strasbourg.

Avant de mettre le cap sur Rotterdam où ils embarqueront sur un cargo, les pilotes devaient dormir samedi à Colmar, avant de faire étape dimanche à la centrale nucléaire de Fessenheim et au barrage de Vogelgrun, sites de production EDF, autre sponsor de l'opération.

Gilbert Reilhac, édité par Gérard Bon

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant