Départ du DG d'Alcatel-Lucent après une perte en 2012

le
0
ALCATEL-LUCENT ANNONCE LE DÉPART DE SON DIRECTEUR GÉNÉRAL
ALCATEL-LUCENT ANNONCE LE DÉPART DE SON DIRECTEUR GÉNÉRAL

PARIS (Reuters) - Alcatel-Lucent a annoncé jeudi le départ de son directeur général Ben Verwaayen dans le courant de l'année, après avoir accusé une perte plus importante que prévu en 2012.

Depuis son arrivée en septembre 2008, Ben Verwaayen n'a pas tenu son pari de faire du groupe en difficulté une entreprise "normale", c'est-à-dire en croissance, profitable et qui génère du cash.

"Je ne demanderai pas à ce que mon mandat de directeur général soit renouvelé", a déclaré lors d'une conférence téléphonique Ben Verwaayen, dont le mandat arrive à échéance en 2013.

Dans un communiqué du groupe, Philippe Camus, président du conseil d'administration d'Alcatel-Lucent a précisé que le conseil "étudiera en toute indépendance les candidatures internes et externes afin d'identifier son successeur."

Ben Verwaayen restera à son poste de directeur général jusqu'à la nomination de son successeur, ajoute le communiqué.

Alcatel-Lucent présente des fragilités structurelles, le groupe étant plus petit que ses principaux concurrents Ericsson, Huawei et Nokia-Siemens Networks, avec une gamme de produits trop large et une consommation de cash trop rapide.

PERTE NETTE EN 2012

Depuis son arrivée à la tête du groupe, Ben Verwaayen a réduit la gamme de produits et les coûts d'exploitation, permettant au groupe de renouer avec les bénéfices en 2011, pour la première fois depuis la fusion.

Mais l'année 2012 a été marquée par un ralentissement des investissements des opérateurs télécoms, fragilisant l'activité du groupe. Dans ce contexte, Alcatel a lancé l'an dernier un plan de restructuration impliquant la suppression d'environ 5.500 emplois.

Pour l'ensemble de l'exercice, l'équipementier télécoms a dégagé un chiffre d'affaires en baisse de 5,7% à 14,446 milliards d'euros, contre 14,51 milliards d'euros attendu par les analystes, et une perte nette de 1,374 milliard d'euros, bien supérieure aux estimations du consensus qui prévoyait une perte nette de 474,8 million d'euros.

Pour le quatrième trimestre, le chiffre d'affaires s'est établi à 4,096 milliards d'euros, contre 4,12 milliards d'euros, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, le groupe étant pénalisé par le ralentissement des investissements effectués par les opérateurs téléphoniques.

Alcatel-Lucent n'a pas donné de perspective précise pour l'exercice 2013.

Catherine Monin, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant