Départ de l'Hermione : 235 ans d'écart et 7 différences

le
0
Départ de l'Hermione : 235 ans d'écart et 7 différences
Départ de l'Hermione : 235 ans d'écart et 7 différences

Le 21 mars 1780, le marquis de La Fayette embarquait à Rochefort sur l'Hermione et mettait le cap vers les Etats-Unis pour apporter aux insurgés en lutte contre la couronne britannique le soutien officiel de la France. Deux cent trente-cinq ans plus tard, une réplique du trois-mâts prend le large ce samedi de l'île d'Aix (Charente-Maritime) sous les yeux du président, François Hollande. En route vers le Nouveau Monde, sur les traces du jeune major, pour une tournée commémorative. Le modèle original et la frégate version 2015 sont de faux jumeaux à sept différences près.

1 Les dames ne portent plus malheur. Au XVIIIe siècle, quelque 300 hommes ont levé l'ancre sous les ordres de Latouche-Tréville, fils du commandant du port de Rochefort. Les femmes étaient interdites d'aventures maritimes. « On disait qu'elles portaient malheur sur les bateaux, comme la bête aux longues oreilles (NDLR : le lapin) », sourit Marine de Villartay, chargée de mission à l'association Hermione-La Fayette. Au XXI e siècle, la gent féminine représente un tiers de l'équipage réduit à 80 marins, d'une moyenne d'âge de 27 ans.

2 Le drapeau blanc détrôné. Jadis, l'étendard blanc de la monarchie flottait à la poupe, La Fayette étant missionné par Louis XVI. Désormais, c'est le drapeau bleu-blanc-rouge de la République qui est hissé. La réglementation internationale l'impose : chaque navire doit arborer les couleurs de son pavillon national.

3 Moteurs obligatoires. Les concepteurs de la réplique n'ont pas eu le choix : ils ont dû ajouter des moteurs. « Il est interdit de manœuvrer à la voile dans un port pour des raisons de sécurité », explique l'experte. Les instruments de navigation modernes (GPS, radar...) associés à des prévisions météo vont accélérer le rythme de la traversée de l'Atlantique prévue pour durer trente jours contre quarante lors de la première odyssée. « En 1780, il leur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant