Départ de Fleur Pellerin : "Manuel Valls t'a défendue, tu as été débranchée"

le , mis à jour le
1
 Fleur Pellerin aura finalement payé cher ses erreurs de communication.
 Fleur Pellerin aura finalement payé cher ses erreurs de communication.

C'est vrai qu'elle y croyait encore un peu. « Vous savez, c'est mon troisième ou quatrième remaniement, pas de panique », glisse Fleur Pellerin jeudi au Sénat, avant d'aller défendre le projet de loi sur le patrimoine et la création, et de participer à la séance de questions au gouvernement. Puis le secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen la prend sous le bras d'une manière très affectueuse et, à l'écart du brouhaha, lui glisse : « Manuel Valls t'a défendue, mais tu as été débranchée. » La ministre de la Culture et de la Communication prend alors ses affaires dans la salle des commissaires du gouvernement quand le téléphone sonne. C'est François Hollande. « Oui, elle a le visage déconfit, de quelqu'un de secoué. Mais elle ne pleure pas ni ne manque de s'évanouir. Fleur Pellerin n'a jamais pleuré en public ces dernières années, seulement une fois lors du décès d'un jeune collaborateur », témoigne un proche. Un autre fidèle ajoute : « Affirmer que Le Guen la console, dire qu'elle pleure, qu'elle manque de s'évanouir, c'est tellement sexiste, cela montre le machisme des médias et du monde politique. »

L'incompréhension domine dans l'entourage de l'ex-ministre.

Quand le président de la République l'appelle au Sénat, Fleur Pellerin s'isole dans la salle des ministres. La conversation avec François Hollande dure six minutes exactement. Pour justifier son remplacement...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 10 mois

    Elle marquera l'Histoire, je vous le dis, si dans 6 mois un individu se souvient de son nom et son action qu'il me le dise.