Départ de Batho : le PDG de Total juge «déplacé» de mettre en cause des lobbies

le
0
Départ de Batho : le PDG de Total juge «déplacé» de mettre en cause des lobbies
Départ de Batho : le PDG de Total juge «déplacé» de mettre en cause des lobbies

Des lobbies seraient-ils responsables du départ de Delphine Batho du gouvernement? Un non-sens pour le patron de Total. «Parler de lobby pour faire partir un ministre ça me paraît vraiment probablement déplacé et surtout inexistant», a déclaré samedi le PDG du géant pétrolier français, Christophe de Margerie, en marge des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence.

Démise de ses fonctions mardi après avoir publiquement critiqué le «mauvais budget» alloué au ministère de l'Ecologie en 2014, Delphine Batho, désormais ex-ministre de l'Ecologie, a accusé les puissants lobbies, en particulier de l'énergie, d'avoir obtenu sa tête auprès de Matignon et de l'Elysée. Elle a nommément mis en cause Philippe Crouzet, le PDG de Vallourec, entreprise spécialisée dans les tubes en acier utilisés notamment pour les forages.

«Est-il normal que le patron de l'entreprise Vallourec directement intéressé par l'exploitation des gaz de schiste ait pu annoncer ma marginalisation des semaines à l'avance devant des responsables de son entreprise aux USA ?», a-t-elle feint de demander, alors que la femme de Philippe Crouzet est Sylvie Hubac... directrice de cabinet de François Hollande.

«J'ai eu de bons rapports avec madame Batho»

«Je ne dirais pas que le départ de madame Batho est une péripétie, car ça ne l'est pas, en particulier pas pour elle, mais c'est une spécificité française de trouver derrière tout ça des choses extraordinaires comme un problème d'antiécologie, d'antiféminisme... Ramenons tout cela à un problème de gouvernement, de ministres et de budget», a ajouté Christophe de Margerie. Interrogé sur ses relations avec l'ex-ministre, il a répondu : «moi j'ai eu de bons rapports avec madame Batho, on a eu de vrais échanges, et bien évidemment c'est au gouvernement de décider quelle direction et quelle stratégie il veut donner au pays».

Le patron de Total a par ailleurs nié que les industriels ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant