Dépakine : à quand un logo d'alerte ?

le , mis à jour à 08:22
2
Dépakine : à quand un logo d'alerte ?
Dépakine : à quand un logo d'alerte ?

Les victimes sont sous le choc mais pas vraiment surprises. D'après les chiffres révélés hier par « le Canard enchaîné », plus de 10 000 femmes enceintes, entre 2007 et 2014, auraient pris de la Dépakine, un anti-épileptique à base de valproate de sodium qui entraîne des malformations et des troubles neurocomportementaux du fœtus. « On pense même que le chiffre est sous-estimé », indique Laurence Blanchard, vice-présidente de l'Apesac, l'association qui défend les familles de victimes de ce médicament. Le scandale n'est pas nouveau, notre journal avait révélé les premières plaintes dans cette affaire en avril. Mais il prend une ampleur insoupçonnée.

 

Victime de crises d'épilepsie fréquentes, Laurence Blanchard, 46 ans, a passé plus de la moitié de sa vie sous Dépakine, commercialisé depuis 1967 par Sanofi. « Quand j'ai voulu avoir mon premier enfant en 1993, mon médecin a écrit au laboratoire pour savoir si je pouvais continuer à prendre mon médicament pendant ma grossesse », raconte cette mère de famille qui travaille comme économiste de construction à Bordeaux. « On lui a répondu qu'il n'y avait pas lieu de m'alarmer à l'excès. Je leur ai fait confiance. » Sauf qu'aujourd'hui, ses trois enfants se retrouvent lourdement handicapés, à cause de malformations et de troubles neurocomportementaux.

 

Pour éviter que d'autres ne subissent le même sort, Laurence milite pour qu'un pictogramme soit apposé sur les boîtes de tous les médicaments nocifs pour le fœtus. « Cela existe sur les bouteilles de vin, rappelle-t-elle. Pourquoi pas sur les médicaments ? » Le laboratoire estime pourtant avoir fait le nécessaire. « Depuis 2006, il est clairement indiqué dans les documents d'information que la Dépakine est déconseillée pour les femmes en âge d'avoir des enfants », assure-t-il. Pourtant, des milliers de futures mamans ont continué à avaler ces comprimés sans avoir conscience des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1084720 il y a 11 mois

    A quoi servent les médecins prescripteurs...médiator et dépakine ne sont pas en vente libre!

  • vmcfb il y a 11 mois

    On parle déjà de scandale, sur des effets secondaires d'un médicament connus de longue date..très français..