Denis Renaud : "Je ne sais toujours pas ce qu'est un bon entraîneur"

le
0

À 40 ans, Denis Renaud va découvrir la Ligue 2. Après douze ans de plaisir à Carquefou - entre des montées et une épopée en Coupe de France - ponctués d'une année sur le carreau, le Nantais succède à Christophe Taine sur le banc du Paris FC. Un challenge alléchant pour un coach jeune qui, à la suite d'une carrière éphémère de défenseur, a vite repris sa véritable vocation : " transmettre ". Entretien passionné.

Vous avez repris l'entraînement avec le Paris FC il y a une dizaine de jours. Après un an sans club, était-ce un soulagement ? Non, je ne l'ai jamais pris comme ça. Je n'étais pas dans l'euphorie. On est passionnés par notre travail, c'est une évidence. On a envie de retrouver les terrains. Les séances d'entraînement, le fait de construire quelque chose avec un groupe : c'est ce qui m'avait manqué. Mais j'ai pris du recul par rapport à tout ça, en essayant, justement, de bonifier cette année off. Le chômage, ça arrive dans une carrière.
Comment se sont passés les premiers jours avec vos nouveaux joueurs ? Pour l'instant, il s'agit de poser un cadre de travail. Le groupe est très sérieux et enthousiaste. Il y a un gros noyau de l'effectif qui va rester au club. C'est important de poursuivre l'aventure avec des joueurs qui ont vécu un an ensemble. Et puis, il y aura des arrivées dans les prochaines semaines (le latéral droit, Christopher Glombard est le premier, en provenance de Reims, ndlr). Il faut essayer de bonifier le groupe intelligemment.
Vous avez signé un contrat de deux ans, quels sont les objectifs ? J'ai toujours eu le même discours. Comme tout promu, l'objectif est de se maintenir. D'être cohérent par rapport à nos principes de jeu. La Ligue 2 est difficile, je ne m'aventurerai pas dans des objectifs bien définis de résultats. Moi, ce qui m'intéresse, c'est qu'on soit une équipe cohérente qui monte en puissance, de semaine en semaine, de saison en saison.
Vous aviez déjà été approché par le président du PFC il y a quatre ans, qu'est-ce qui a fait la différence cette fois-ci ? À Carquefou, j'ai eu la chance d'avoir quelques appels du pied de certains clubs. Mais je m'y sentais bien, j'avais la chance d'avoir les mains libres, notamment sur le recrutement j'ai perduré dans un club que je voyais grandir. Cette année, il se trouve que le Paris FC monte en Ligue 2, donc ce n'est pas la même chose non plus. Il y a quatre ans, le PFC n'avait pas un complexe sportif pour s'entraîner toujours au même endroit, ça me posait quand même souci.
Pourquoi avoir choisi le PFC et pas un autre club ? Vous avez eu différentes touches, du CFA à la Ligue…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant