Denis Masseglia : " Laissons faire les Jeux "

le
0
Denis Masseglia : " Laissons faire les Jeux "
Denis Masseglia : " Laissons faire les Jeux "

Denis Masseglia, y'aura-t-il un dispositif particulier pour la sécurité des athlètes français à Sotchi ?Les règles olympiques sont simples. Les règles de sécurité sont organisées et prévues par le pays organisateur. Il faut penser qu'au moment des JO et sur le site, les mesures de sécurité soient prises pour que le risque soit limité au strict minimum, même si le risque zéro n'existe pas. Les mesures prises sont suffisamment fiables pour ne pas être inquiet. Nous sommes davantage inquiets par les conséquences de telles mesures sur l'ambiance, les cérémonies et les célébrations. Fixez-vous un objectif de résultat à la délégation française ? Oui, on espère que la délégation française batte le record de médailles qui a été établi aux Jeux Olympiques de Salt Lake City (2002) et de Vancouver (2010) avec 11 médailles. On a vu que le facteur chance pouvait aussi intervenir. Nous avions deux grandes chances de médailles avec Marion Rolland et Tessa Worley, mais Lindsey Vonn (Etats-Unis) est également absente. C'est comme ça, c'est un sport à risques. On peut aussi miser sur d'heureuse surprise. Qui aurait misé sur Vincent Jay (ndlr : biathlon) il y a quatre ans ? Laissons faire les Jeux, et faisons en sorte de supporter nos athlètes. Ils approchent cette compétition avec beaucoup d'enthousiasme mais en même temps l'humilité qui caractérisent ceux qui respectent leurs adversaires. Je leur fais totalement confiance. Peut-on s'attendre à une candidature de Paris pour l'organisation des Jeux Olympiques en 2024 ?Ce qui a été décidé, c'est de mettre en place une étude d'opportunité et tant que cette étude n'est pas achevée, je ne dirai pas que tout est mis en place pour une candidature. C'est un travail sérieux, qui n'a jamais été fait, et absolument nécessaire. L'innovation de cette démarche collective mérite une attention particulière. L'objectif est de faire quelque chose sur lequel on puisse bâtir une réelle candidature. J'ai dit lors d'un discours « oui, mille fois oui nous avons envie d'organiser les JO ! ». Mais ce n'est pas parce que l'on a envie que c'est sérieux. Il faut que l'on puisse montrer que si on n'y va, c'est parce que c'est sérieux d'y aller et que nous avons de réelles chances de gagner. Et justement, si on ne fait pas ça, on n'aura pas fait la démonstration que l'on aura tiré profit des échecs passés (ndlr : Paris 2012, Annecy 2018). Ne faisons pas les mêmes choses que précédemment, faisons-les sérieusement.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant