Dénichez les fonds boursiers qui résistent à la crise

le
0
QUESTION D'ARGENT - Chaque samedi, Le Particulier fait le point en trois questions sur les placements.

Avec Le Particulier

Malgré de multiples tenta­tives de rebond, le CAC 40, l'indice phare de la Bourse de Paris, évolue toujours autour de 3000 points, bien loin des sommets atteints en septembre 2000 (près de 7000 points) ou de la barre des 6000 points, dépassée en juin 2007. Alors, une décennie pour rien? Pas pour tout le monde. Face à des marchés chahutés, certains épargnants avertis ont été capables de sélectionner les meilleures actions, ou les fonds investis en actions les plus performants, tout en mettant leur argent à l'abri lors des bourrasques et en saisissant des opportunités sur d'autres marchés, comme les obligations ou les matières premières. D'autres épargnants ont eu la bonne idée de confier cette mission à des professionnels de la gestion, à la tête de fonds dits «flexibles».

Qu'est-ce qu'un fonds flexible?

Il s'agit de fonds dans lesquels les gérants ont toute liberté pour investir, suivant leurs convictions, leurs analyses du marché et leurs anticipations, sans aucune contrainte. Ils peuvent, ainsi, s'orienter aussi bien vers les actions de petites ou de grandes entreprises, que vers les devises, les obligations d'État ou de sociétés privées, en France ou ailleurs... Pour tous, l'objectif est le même: accompagner les hausses du marché, en amortissant au maximum les chocs. Pour les plus talentueux d'entre eux, les résultats ont, d'ailleurs, été plutôt impressionnants. En l'espace de huit ans, de mars 2003 à septembre 2011, les fonds Aliénor Optimal (code Isin FR0007071378) ou Carmignac Patrimoine (FR0010135103) ont vu leur valorisation quasiment doubler. Dans le même temps, le CAC 40, lui, n'enregistrait qu'une petite progression de 8,27%. Certains fonds (CPR Croissance Réactive - FR0010097683 -, Palatine Absolument - FR0007070982 - ou encore Carmignac Patrimoine) ont même réussi la prouesse de ne pas baisser, ou à peine, durant la tempête boursière de l'été dernier.

Ces fonds sont-ils sans risques?

Les fonds flexibles ne sont pas pour autant des placements miracles, le gestionnaire pouvant, comme un médecin, faire un mauvais diagnostic et appliquer un mauvais traitement. Récemment sacré meilleur gérant de la décennie, lors du Forum de la gestion d'actifs organisé en octobre dernier, Marc Renaud (Mandarine Gestion, ex-CCR Actions) admet ainsi ne pas avoir vu venir le krach de l'été dernier et avoir sous-estimé les craintes provoquées sur les marchés par le niveau d'endettement des États européens. Le fonds Mandarine Reflex (FR0010753608), dont il est cogérant, a ainsi perdu 14% en trois mois, de juillet à septembre dernier, avant de se reprendre légèrement depuis.

Les fonds flexibles sont-ils chers?

Le montant des frais est, la plupart du temps, lié à la performance du gérant. Outre des frais de gestion fixes, ces fonds prélèvent très souvent des frais de gestion variables (de 5 à 15% sur la performance excédant 10% annuels, par exemple). Autrement dit, plus le fonds est performant, plus les frais de gestion sont susceptibles d'être élevés.

Les fonds prélèvent également des frais de souscription. Vous pouvez toutefois les trouver à frais réduits auprès de la plupart des courtiers en ligne, tels Boursorama, Cortal Consors, Fortuneo ou encore Sicavonline.

LIRE AUSSI:

» LE PARTICULIER - Les fonds flexibles se jouent des crises

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant