Déniaisez-vous ! Les conseils d'un entrepreneur français à Shanghai

le
6
Isabelle et Olivier Chouvet à Shanghai, devant leurs nouveaux bureaux : l'ex-Bank of Ningbo, construite en 1921.
Isabelle et Olivier Chouvet à Shanghai, devant leurs nouveaux bureaux : l'ex-Bank of Ningbo, construite en 1921.

Olivier et Isabelle Chouvet ont une drôle de manie. Avant de lancer un business dans une ville, ils commencent par ouvrir un restaurant. Ils ont fait le coup à Tokyo, Paris et Shanghai. Et ce rituel leur a toujours porté chance : "Au Japon, si on avait simplement monté une agence de communication, on n'aurait jamais vendu un seul événement", explique le jeune quadra, maintenant installé à Shanghai. Le voici, douze ans après son premier voyage en Asie, à la tête d'un groupe de communication de deux cents personnes, dirigé par son épouse Isabelle, et d'une pépite de l'Internet asiatique, Glamour Sales. Le concept reprend - à la sauce chinoise et japonaise - la recette de vente-privee.com : des stocks de grandes marques bradés en ligne sur inscription. Parmi ses actionnaires, quelques noms : Ardian (ancien Axa Private Equity) ou Xavier Niel, à titre individuel. Ces gens ont eu le nez creux, après deux ans, le site emploie quatre cents personnes et affiche une croissance de 120 % par an. L'avenir est plutôt porteur, Olivier Chouvet espère doubler tous les ans sur trois ans. Une levée de fonds en pleine catastrophe nucléaireC'est en 2008, en pleine tempête financière, qu'il se lance. L'activité de ses agences de communication décroche subitement à Hong Kong et à Tokyo. L'annulation d'un dîner de gala de banques internationales suit l'annulation d'une inauguration d'un casino... "Il fallait investir vite à contre-cycle. Il y avait des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • guyguy19 le vendredi 3 jan 2014 à 09:09

    Il pourrait payer des leçons d'orthographe à ter32001!

  • papy988 le vendredi 3 jan 2014 à 08:35

    C'est bien pour eux,ter32001 si ils veulent le depenser leur argent en futilités c'est leur problème.Je pense que l'on donne assez d'argent aux cas sociaux en France.Arrêtons les aides a outrances,nous ferons déjà de grande économie.

  • ter32001 le vendredi 3 jan 2014 à 08:08

    C'est bien de gagner beaucoup d'argent. Mais maintenant de cette argent gagné, il va en faire quoi de moral ? Comment vas t'il aider les plus malheureux avec cette argent qu'il a gagné grâce à ses collaborateurs (ses employés) ? C'est l'éternel question...

  • faites_c le vendredi 3 jan 2014 à 08:02

    C'est quoi c e tissu de co;nneries? A une ligne on lit groupe de 200 personnes et 2 lignes plus bas le groupe est passé à 400 personnes! Au minimum les auteurs de cet article devraient se relire au pire, ils devraient rédiger correctement leur article que l'on puisse comprendre comment on passe de 200 à 400 personnes!A noter que Bourso a tellement peu d'articles à se mettre sous la dent qu'il continue à republier les mêmes articles 3 à 4 fois dans la même journée et sur les jours suivants!!!

  • olive84 le jeudi 2 jan 2014 à 10:13

    On a besoin de gens innovants.. pas de loosers qui ft de la com !!

  • ppsoft le jeudi 2 jan 2014 à 10:04

    Ouais. Bon, d'accord. Super...