Démonstration de force des opposants au régime iranien

le
1

VILLEPINTE, Seine-Saint-Denis (Reuters) - Des dizaines de milliers de partisans de l'Organisation des moudjahiddines du peuple iranien (Ompi), mouvement d'opposition au régime de Téhéran, se sont réunis samedi près de Paris pour dénoncer la "mascarade" de l'élection présidentielle en Iran.

L'élection d'Hassan Rohani, un religieux modéré, a été considérée comme un signe d'espoir par les Occidentaux, qui espèrent un changement de pied de Téhéran sur le nucléaire.

Mais Maryam Radjavi, qui dirige l'Ompi, un mouvement qui a figuré sur les listes d'organisations terroristes américaine et européenne avant d'en être rayé, a estimé qu'il s'agissait d'une dangereuse illusion.

"Cette mascarade n'a rien à voir avec une élection véritable ou libre", a-t-elle déclaré devant ses partisans réunis à Villepinte (Seine-Saint-Denis). "Tant que ce régime restera en place, rien ne changera. La seule solution est le renversement de ce régime clérical."

Maryam Radjavi a rappelé qu'Hassan Rohani, élu dès la premier tour le 14 juin avec un peu plus de 50% des voix, était un rouage du régime et que les vrais réformateurs avaient été écartés.

"Rohani n'est pas un modéré. Il n'y a pas de modérés dans le régime des mollahs", a-t-elle dit.

Le fait que le régime, qui espérait faire élire un candidat conservateur, n'y soit pas parvenu, révèle toutefois qu'il est affaibli et que "son renversement est proche", a-t-elle ajouté, demandant aux Occidentaux de "l'écraser" avant qu'il ne "cible des gens dans le monde entier" avec des armes nucléaires.

L'Iran affirme que son programme nucléaire, que l'Ompi a révélé en 2002, est à visée exclusivement civile.

L'Organisation des moudjahiddines du peuple iranien, qui affirme avoir réuni 100.000 personnes à Villepinte, avait invité de nombreuses personnalités à assister à ce rassemblement.

L'ancienne ministre UMP des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie et James Jones, l'ancien conseiller à la sécurité nationale de Barack Obama, avaient répondu présent.

L'ancien directeur de la CIA Porter Goss a lui aussi estimé qu'Hassan Rohani n'était qu'une "marionnette des mollahs".

Hortense de Roffignac, édité par Yves Clarisse et Henri-Pierre André

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cavalair le samedi 22 juin 2013 à 20:31

    Ils n'ont pas a mainifester en France qu'ils aillent ailleurs