Démission forcée du président d'Acer

le
0
La liste des patrons congédiés pour avoir raté les virages des smartphones et des tablettes s'allonge.

Il ne fait pas bon être président d'un groupe d'électronique grand public et n'avoir pas su prendre le train des tablettes ni celui des smartphones. Gianfranco Lanci, l'Italien qui avait réussi la prouesse d'être nommé à la tête du taïwanais Acer en 2005, vient d'en faire à son tour l'expérience. Son nom vient compléter la liste des déchus des nouvelles mobilités.

Jeudi, Gianfranco Lanci a présenté sa démission avec effet immédiat à son conseil d'administration. Le président actuel, J. T. Wang, assurera l'intérim. Le groupe évoque une «divergence de points de vue» entre son ex-PDG et son conseil. Croissance, création de valeur pour les clients, positionnement de la marque, allocation des ressources... L'inventaire des sujets de discorde avancés par Acer est long. Mais il omet soigneusement de préciser que le numéro deux mondial des PC derrière HP et premier sur le marché des portables est absent des tablettes et faible dans les smartphones.

Certes, l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant