Démission du procureur général d'Espagne

le
0

MADRID, 18 décembre (Reuters) - Le procureur général d'Espagne Eduardo Torres-Dulce a démissionné jeudi en avançant des raisons personnelles mais l'opposition de même que des associations de magistrats imputent son départ aux pressions exercées par le gouvernement. Le magistrat a défendu l'indépendance de sa fonction lorsque le gouvernement espagnol l'a pressé d'engager des poursuites contre le chef de l'exécutif catalan Artur Mas à la suite de la "consultation citoyenne" sur l'indépendance de la Catalogne du 9 novembre dernier, maintenue en dépit de son interdiction par la justice. "Le temps judiciaire et le temps de la politique et des médias ne sont pas les mêmes", avait alors répliqué Torres-Dulce, qui était en poste depuis près de trois ans. Dans un communiqué, le ministère de la Justice a pris acte de sa démission et a rendu hommage à son efficacité, à son objectivité et à son indépendance. Mais l'association des Juges pour la démocratie de même que plusieurs partis, dont le Parti socialiste (PSOE) et la formation indépendantiste catalane CiU, ont affirmé que le magistrat avait démissionné en raison des pressions du gouvernement. Torres-Dulce a fini par engager des poursuites contre Artur Mas pour désobéissance aggravée et abus de fonds publics. Près de deux millions de Catalans se sont prononcés en faveur de l'indépendance lors de la consultation du 9 novembre. (Raquel Castillo; Henri-Pierre André pour le service français, édité par Tangi Salaün)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant