Démission du Premier ministre roumain Victor Ponta

le
1

(Actualisé avec précisions) BUCAREST, 4 novembre (Reuters) - Le Premier ministre roumain Victor Ponta a démissionné mercredi, au lendemain d'une manifestation antigouvernementale à Bucarest après la mort de 32 personnes dans l'incendie d'une discothèque de la capitale, a annoncé son parti, le PSD. Le président Klaus Iohannis, qui a battu Victor Ponta lors de l'élection présidentielle de novembre dernier, poussait au départ du chef du gouvernement, qui fait par ailleurs l'objet de poursuites judiciaires pour corruption. La coalition gouvernementale regroupe trois partis politiques -- Parti social-démocrate (PSD), Union nationale pour le progrès de la Roumanie (UNPR) et Alliance des libéraux et démocrates (ALDE) -- et dispose de la majorité absolue au Parlement. La démission du Premier ministre ne devrait pas remettre en cause cette alliance, même si elle peut entraîner une redistribution des rôles. Dans un communiqué, l'UNPR du vice-Premier ministre Gabriel Oprea a souligné sa volonté de continuer à soutenir la coalition. Liviu Dragnea, le dirigeant du PSD, a déclaré que le prochain Premier ministre ne devait pas être issu nécessairement de son parti, ni même du monde politique. "Victor Ponta renonce à son mandat. Quelqu'un devait assumer la responsabilité de ce qui s'est passé. C'est un sujet grave et nous promettons de résoudre rapidement cette situation", a-t-il dit. "Vous avez probablement vu les milliers de personnes qui étaient hier soir dans la rue et entendu leurs demandes", a-t-il ajouté devant le Parlement. Victor Ponta avait jusqu'à présent refusé de démissionner avant la fin de son mandat, qui devait expirer fin 2016. "Je peux mener des batailles politiques mais je ne peux pas affronter le peuple", a-t-il déclaré à la presse après avoir renoncé à son poste, qu'il devrait néanmoins conserver jusqu'à la nomination de son successeur. Les prochaines élections législatives ne sont pas prévues avant décembre 2016. Des milliers de personnes ont défilé mardi soir à Bucarest pour demander la démission du gouvernement après l'incendie qui a fait 32 morts et plus de cent blessés vendredi soir dans une discothèque de la capitale roumaine. Les manifestants, qui scandaient le mot "Assassins!", avaient déployé des banderoles sur lesquelles on pouvait lire "La corruption tue". ID:nL8N12Y5I2 (Radu-Sorin Marinas et Luiza Ilie; Tangi Salaün et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • go2 le mercredi 4 nov 2015 à 15:19

    Codreanu reviens !! ils sont devenus fous