Démission du chef de la mission de l'Onu en Centrafrique

le
0

NATIONS UNIES, 12 août (Reuters) - Le chef de la Mission des Nations unies en République centrafricaine (Minusca) a démissionné à la demande de Ban Ki-moon à la suite d'accusations de viol et d'usage disproportionné de la force commis par des casques bleus, a annoncé mercredi le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon. "J'ai accepté aujourd'hui la démission de mon représentant spécial, M. Babacar Gaye", a déclaré Ban Ki-moon à la presse au siège des Nations unies, à New York. Mardi, Amnesty International a accusé des membres de la force de maintien de la paix des Nations unies d'avoir violé une fillette de 12 ans et d'avoir tué un adolescent et son père lors d'une opération à Bangui au début du mois. ID:nL5N10M4L1 Ban Ki-moon a rendu hommage au travail effectué ces dernières années par son ancien représentant mais il a précisé qu'il souhaitait "montrer un exemple fort". Il a ajouté qu'il allait convoquer jeudi une réunion avec tous les envoyés de l'Onu, les délégués de police et les commandants des forces des Nations unies afin de prendre les mesures adéquates et d'éviter de tels incidents à l'avenir. "La responsabilité finale revient aux gouvernements qui envoient leurs hommes", a jugé Ban Ki-moon, estimant que les auteurs des crimes commis "devraient être traduits en justice en conformité avec lois de leur pays." Les accusations portées contre des casques bleus ne sont pas une nouveauté. L'organisation n'a pas le pouvoir de pouvoir de sanctionner les soldats de ses forces de maintien de la paix et les associations de défense des droits de l'homme déplorent le fait que les gouvernements nationaux agissent rarement, ce qui a tendance selon elles à créer une atmosphère d'impunité parmi les casques bleus. Selon Stéphane Dujarric, porte-parole de Ban Ki-moon, 57 accusations de mauvaise conduite ont été recensés depuis la mise sur pied de la Minusca en avril 2014, parmi lesquelles onze concernent de possibles viols. (Louis Charbonneau et Michelle Nichols; Simon Carraud pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant