Démission de deux ministres pro-kurdes du gouvernement turc

le , mis à jour à 19:41
0

(Actualisé avec explication Konca § 4-5) ANKARA, 22 septembre (Reuters) - Deux ministres turcs du parti pro-kurde HDP (Parti démocratique des peuples) ont démissionné du gouvernement transitoire formé fin août à Ankara, a annoncé mardi le HDP. Il s'agit du ministre des Relations avec l'Union européenne, Ali Haydar Konca, et de celui du Développement, Muslum Dogan. Le HDP, dans son communiqué, ne donne pas les motifs de ces démissions. Le Premier ministre Ahmet Davutoglu nommera dès que possible leurs successeurs, ont fait savoir ses services. Devant la presse, Ali Haydar Konca a expliqué que lui et son collègue étaient confrontés à des difficultés qui les empêchaient d'accomplir leur mission, ajoutant que le ministre de l'Intérieur n'a pas été attentif aux inquiétudes dont ils lui ont fait part concernant la situation dans la ville Cizre. Cette localité kurde, située à proximité des frontières de la Syrie et de l'Irak, est devenue le symbole des violences croissantes qui secouent le sud-est de la Turquie depuis deux mois. La trêve entre les forces turques et les séparatistes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a volé en éclats en juillet dernier. Les combats, les bombardements et les attentats ont fait des centaines de morts depuis lors. Des élections législatives anticipées doivent avoir lieu le 1er novembre en Turquie. Les portefeuilles les plus stratégiques du gouvernement intérimaire, les ministères des Finances et de l'Economie notamment, sont entre les mains du Parti de la justice et du développement (AKP) du président Recep Tayyip Erdogan. L'AKP a perdu la majorité absolue dont il disposait au parlement lors des législatives du 7 juin. Pour la première fois depuis 2002, le mouvement ne peut plus gouverner seul. L'échec électoral du parti islamo-conservateur s'explique principalement par la percée du HDP, formation historiquement prokurde mais dont l'ouverture à d'autres minorités lui a permis de franchir pour la première fois le seuil des 10% nécessaire pour être représenté au Parlement. (Orhan Coskun, Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant