Démission de Christiane Taubira : trois Français sur quatre se disent satisfaits

le , mis à jour à 10:06
4
Démission de Christiane Taubira : trois Français sur quatre se disent satisfaits
Démission de Christiane Taubira : trois Français sur quatre se disent satisfaits

« Mon seul maître, c'est ma conscience », aimait à répéter Christiane Taubira. Cette conscience, elle a été mise à l'épreuve à bien des reprises depuis le début du quinquennat. Mais la situation était devenue carrément intenable avec le projet de déchéance de nationalité imposé par Hollande et Valls à la suite des attentats du 13 novembre. Un projet auquel la garde des Sceaux était viscéralement opposée. Elle ne s'était pas privée de le clamer haut et fort, mettant à mal l'autorité et la cohésion gouvernementale. Mais blessant aussi cette fameuse conscience : alors pourquoi s'obstinait-elle à rester dans cette équipe ? Car le dilemme aura duré des semaines, au long desquelles une Taubira, réputée pour sa combativité, a semblé préférer le confort de son fauteuil ministériel à la défense de ses convictions.

Situation inconfortable pour elle, difficilement compréhensible pour l'opinion, mais bien commode pour François Hollande qui tenait à garder la dernière caution de gauche de son gouvernement.

«Résister, c'est parfois partir»

Mercredi, un communiqué de l'Elysée, tombé peu après 9 heures, a mis fin à ce vrai-faux suspense, annonçant la démission de Christiane Taubira et la nomination de son successeur, Jean-Jacques Urvoas, un proche de Valls. «  Je quitte le gouvernement sur un désaccord politique majeur  », a-t-elle justifié. Visiblement soulagée, elle a publié sur son compte Twitter ce message : « Résister, c'est parfois partir. »

VIDEO. Taubira : «Je quitte le gouvernement sur un désaccord politique majeur»

Pour les Français, cette clarification était nécessaire : une très forte majorité — 73 % — se dit satisfaite de sa démission, selon notre enquête exclusive Odoxa. Ils ne comprenaient pas qu'une garde des Sceaux puisse rester en place en étant en désaccord avec une loi qu'elle est censée défendre et appliquer. Christiane Taubira aura été clivante ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dhote il y a 11 mois

    Dans deux jours on en parlera plus.

  • M8252219 il y a 11 mois

    Nous sommes tellement habitués à l'augmentation du chômage que même les médias n'en parlent plus : sur ordre ?

  • M940878 il y a 11 mois

    en voilà une qui sera vite oubliée , mais il va falloir du temps pour réparer toutes ses bêtises

  • M8129092 il y a 11 mois

    on est loin des bonnes intentions à 54% vues dernièrement dans un sondage,celui ci semble plus réaliste ENFIN