Démission de Christiane Taubira : le pesant silence de Hollande

le , mis à jour à 12:59
6
Démission de Christiane Taubira : le pesant silence de Hollande
Démission de Christiane Taubira : le pesant silence de Hollande

Lendemain de tempête Taubira. « C'est un morceau de gauche qui s'est détaché », soupire un proche de François Hollande. Rien ne s'est passé comme prévu. Après avoir hésité pendant un mois, la ministre de la Justice a claqué la porte du gouvernement au pire moment pour l'Elysée. « Hollande voulait la garder, Valls devait se charger de faire passer la révision constitutionnelle le temps que l'orage passe et de préparer un vrai remaniement. Son départ rend la suite très compliquée. » Le silence du chef de l'Etat donne un signe de la « sidération » qui règne encore à l'Elysée, pour reprendre le mot d'un familier du palais.

Manuel Valls, en revanche, a profité hier de ses vœux à la presse pour assumer crânement le départ de sa garde des Sceaux. « Elle va manquer au gouvernement mais la cohérence impliquait qu'à partir du moment où il y avait des désaccords, chacun en tire les conclusions », a-t-il expliqué.

Un nouveau gouvernement mi-février

« Résister c'est partir », avait lancé Taubira avant de claquer la porte du gouvernement. Le locataire de Matignon lui a répondu sans détour : « Résister aujourd'hui, ce n'est pas proclamer, ce n'est pas faire des discours, c'est se confronter à la réalité du pays. » Pour faire bonne mesure, et montrer que c'est lui le patron, le Premier ministre a aussi donné une petite claque à son ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, sans le nommer : « Il faut mettre de côté un certain narcissisme ou égocentrisme pour travailler à l'intérêt général. »

Droit dans ses bottes, Valls n'entend pas dévier de sa ligne libérale sur l'économie — qu'il veut continuer à « déverrouiller » — et le sécuritaire : « L'année écoulée a marqué un profond basculement [...], nous sommes en paix et en même temps nous sommes en guerre. » Et d'ajouter : « Dans un tel contexte, c'est l'avenir de la France qui me préoccupe, pas l'avenir de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mary2776 il y a 11 mois

    mais qu 'on le vire tous! pour le mal qu ils ont fait au pays

  • glitzy il y a 11 mois

    Valls ne devrait pas parler de narcissisme, c'est l'hôpital qui se fout de la charité

  • frk987 il y a 11 mois

    Ah non Spartaku, droiteux et fier de l'être mais Manolo peut retourner en Espagne que vraiment je n'y vois AUCUN inconvénient. Ce mec est aussi nul que son boss.

  • M1765517 il y a 11 mois

    AH bon sidération ! alors ils vont la reprendre après les débats et après sa conference us à 250 000 € ?

  • M1589075 il y a 11 mois

    Comme d'habitude quand la question est difficile Hollande joue l'esquive et ne se mouille pas. Mais ne pas oublier qu'il n'a pas révoqué Taubira alors qu'elle lui ""pissait sur la pantalon" . Piètre gouvernant

  • Spartaku il y a 11 mois

    Valls est un petit dictateur qui s'ignore de moins en moins .. c'est sans doute pour cela qu'il est tant aimé des droi teux !