Démission d'un banquier chinois de JPMorgan sur fond d'enquête

le
0
DÉMISSION D'UN BANQUIER CHINOIS DE JPMORGAN SUR FOND D'ENQUÊTE
DÉMISSION D'UN BANQUIER CHINOIS DE JPMORGAN SUR FOND D'ENQUÊTE

HONG KONG (Reuters) - Fang Fang, le patron de l'activité de banque d'investissement de JPMorgan Chase & Co en Chine, quitte ses fonctions sur fond d'enquête sur les pratiques de recrutement de la banque américaine en Asie.

Le départ de Fang Fang est annoncé au personnel dans un message interne que Reuters a pu consulter et qui n'en précise pas les raisons. Le Wall Street Journal, qui le premier a révélé l'information, croit savoir qu'il était devenu un personnage central dans l'enquête en cours.

Les autorités américaines cherchent à établir si JPMorgan a enfreint la législation sur la corruption en embauchant des proches de responsables chinois haut placés.

Fang Fang, âgé de 48 ans, n'a pu être joint tandis qu'un porte-parole de JPMorgan se refusait à tout commentaire. Une source au fait de la situation a déclaré qu'il quittait le groupe avec effet immédiat.

Selon la note au personnel, il sera remplacé par Frank Gong, actuel vice-président de la banque d'investissement, tandis que Brian Gu et Jing Zhao sont promis co-directeurs généraux.

Le Wall Street Journal rapporte que les enquêteurs cherchent à savoir si l'embauche du fils de Tang Shuangning, président de China Everbright Group, a aidé la banque à décrocher des mandats de cette entreprise. JPMorgan a fourni aux juges des mails de Fang Fang traitant de ce recrutement, ajoute-t-il.

JPMorgan a renoncé à piloter deux introductions en Bourse d'entreprises chinoises, dont de celle de China Everbright Bank à Hong Kong, dans l'attente des résultats de l'enquête menée conjointement par le département américain de la Justice et la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme de Wall Street.

Les enquêteurs examinent également des embauches effectuées en Chine par Citigroup, Goldman Sachs et Morgan Stanley.

La banque suisse UBS a de son côté mis à pied deux banquiers basés à Hong Kong dans le cadre d'une enquête sur l'embauche d'un employé lié à un client chinois, a rapporté l'agence IFR le mois dernier.

(Greg Roumeliotis à New York et; Lawrence White à Hong Kong, Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant