Demi-finales : L'Argentine n'a presque aucune chance

le , mis à jour à 08:28
0
Demi-finales : L'Argentine n'a presque aucune chance
Demi-finales : L'Argentine n'a presque aucune chance

Avant la deuxième demi-finale de la Coupe du monde, les statistiques ne laissent aucun espoir à l'Argentine face à l'Australie. Le seul motif de satisfaction date d'il y a deux, et une victoire historique des Pumas en Four Nations.

Les Argentins ont un rêve. Faire mieux que leurs glorieux aînés, troisièmes de la Coupe du monde 2007, en France. Mais pour aller en finale, les Pumas devront se défaire de l’Australie. Des Wallabies contre lesquels les coéquipiers de Juan Imhoff n’ont jamais gagné en Coupe du monde : deux matchs pour autant de défaites, dont le plus récent en 2003, lors du match d’ouverture de la Coupe du monde (24-8). A l’époque, Juan Martin Hernandez et Matt Giteau, jeunes internationaux, étaient déjà de la partie. Ils seront encore là ce dimanche, pour la 25eme confrontation entre les deux pays. Là aussi, avantage Australie, avec 18 victoires à 5. Pire, 10 des 11 derniers duels ont tourné en faveur des Wallabies, dont un très récemment, à l’occasion du Four Nations, le 25 juillet dernier. Les hommes de Michael Cheika s’étaient alors facilement imposés en terre argentine (9-34). Mais sur ces onze derniers affrontements, un est resté très célèbre en Argentine. Celui du 4 octobre 2014. A Mendoza, les Pumas avaient, à l’époque, dominé l’Australie lors du Four Nations, signant au passage leur premier succès dans la compétition reine de l’hémisphère sud. Il s’agissait de la première de Daniel Hourcade au poste de sélectionneur.

Drew Mitchell dans l’histoire à son tour ?

Alors pour rééditer cet exploit, les Argentins compteront sur leur serial-marqueur Juan Imhoff, déjà auteur de cinq essais cet automne, un record en Coupe du monde pour un joueur des Ciel et Blanc. Mieux, avec 36 points ce dimanche, les Argentins atteindraient les 1000 points en Coupe du monde. Ça donne envie ! Sauf qu’en face, les Wallabies ont eux aussi de sérieux atouts à faire valoir. Premier d’entre eux, Drew Mitchell. Le Toulonnais, qui compte quatorze essais à son actif en Coupe du monde, peut devenir l’égal de Lomu et Habana en aplatissant une nouvelle fois dans l’en-but adverse. Une grosse performance de sa part permettrait aux Australiens de demeurer invaincus dans la compétition, exploit que seuls les Blacks ont réussi pour le moment, et de rallier la finale du plus grand rendez-vous du rugby mondial pour la quatrième fois. Ce qui permettrait à l’Australie de partager un autre record avec la Nouvelle-Zélande.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant